Les îles Orcades (Okney) au nord de l’Ecosse (juillet 2016)

img_3229img_3272

Les îles Okney (qui signifie île aux phoques en islandais) forment un archipel d’environ 70 îles ou îlots, la différence pour un habitant du coin est de savoir si un troupeau de moutons peut y paître ou non toute l’année !

img_3362

C’est donc le vert qui domine dans les paysages mais les nuances de bleus à gris du ciel apportent des lumières  parfois sublimes.

img_3294

Des moutons,des vaches ,des habitants  et ce que Bertrand était venu chercher pour un documentaire : les phoques ,seals en écossais

img_3316

img_3315-2

De mon coté ,c’était plutôt les poissons et assimilés avec un programme annoncé alléchant : des lieus ,des morues ,des poissons plats ,des homards et des coquilles saint -jacques.

img_3243

Juillet et juin sont les meilleures périodes pour cet archipel avec une moyenne de 14 jours par mois où le soleil est visible et avec la pluie garantie(remboursement du billet d’avion sinon).

Reservation des vols Marseille-Edimbourg puis Edimbourg -Kirkwall et c’est parti pour une semaine. Equipement de chasse sous-marine complet avec la combin de 8 mm ,le fusil  de 75 ,les palmes fibres , sauf les plombs qui ont été réservés sur place.

 

Repérages ! c’est le mot clé du voyage avec toutes sortes de taches à effectuer pour préparer au mieux le travail de l’équipe qui va venir filmer et c’est avec un splendide faux 4×4 que l’on sillonnera l’île principale  Mainland ainsi que Westray plus au nord.

img_3356

Tous les jours ,on enfilera la combinaison pour explorer la cote découpée et 6 fois sur 7 ,des phoques nous attendaient avec leur bonne bouille et qui dit phoque,dit pas de poissons ! La seule fois où l’on a tiré quelques lieus jaunes ,c’était sans la présence des « seals ».

img_3346

les lieus fuyaient comme des sars de méditerranée en nous voyant nager. Ils nous prenaient pour des phoques!

img_3209

Bilan aquatique : des heures de palmages ,3 kilos perdus en une semaine car on ne mangeait en journée que des graines ,un seul tir sur un lieu de 800 grs, plusieurs phoques approchés et filmés, des dizaines de grosses méduses à filaments très longs  ,une eau à 17 ° claire avec une visi de 10 m , des oiseaux de mer qui chassent sous l’eau , et une vision exceptionnelle de milliers de lieus juvéniles dans le courant.

img_3199

img_3284

img_3352-2

Arrivée à Kirkwall ,la capitale des Orcades

img_3358

et l’on file à Stromness autre port actif qui reçoit les ferries du continent.

img_3196

img_3195

On récupère nos 8 kgs de plomb , chacun , balade rapide dans la petite ville ,repas au sympathique « kirkwall hotel » ,nuit dans un bed and breakfest plutôt haut de gamme et le lendemain on prend le bac pour Westray.

img_3221

img_3220

la mer est calme ,protégée par une série de petites îles basses

img_3232

peu de monde dans ce ferry et nous voilà débarquant à Westray ,les paysages sont des prairies avec des vaches,des chevaux ou des moutons .Des fermes isolées où on ne rencontre personne.img_3219

img_3298

 

img_3347img_3242

img_3213

 

img_3271

Quelques moments exceptionnels comme un barbecue au coucher du soleil ,à 22 h , avec dégustation d’un vin blanc français ,de pates et de filets de  lieus préparés par le chef et devant nous des fous de Bassan,des mouettes rieuses ,des goélands, des sternes et les fameux macareux symboles de l’archipel.

img_3247

img_3283

Ces falaises du cap « Nou head » ,connues par les ornithologues  seront l’un des « must » du séjour, un autre sera une séance de rafistolage du pot d’échappement explosé par un Bertand s’entraînant au WRC , le  pire moment pour Bertrand étant son lever inopiné entraînant la couette : il rêvait que je ronflais !

Enfin , la gentillesse permanente de tous ces écossais, la sérénité que l’on ressent les lumières,le mécano qui soude en 10 mn le pot catalytique,les jeunes plongeurs en bouteille pour ramasser les coquilles saint-jacques à 30 m de fond ,la victoire d’Andy Murray à Wimbledon, le couple d’écossais qui nous herbergeait….

img_3327
img_3340

img_3288

img_3230

img_3266

 

img_3209

Randonnée nautique de Marseille à la Sardaigne ( août 2016 )

IMG_3482

L’ été dernier , la rencontre de plaisanciers qui revenaient de la presqu’île  d’Asinara , au nord-ouest de la Sardaigne, m’avait convaincu qu’il n’y avait pas que la Corse dans la vie d’un campeur nautique et  qu’il fallait aller voir plus loin.

Ce parc naturel de Sardaigne avec un accès limité, des ânes albinos sauvages, des poissons qui se laissent approchés , l’accueil des sardes,….il n’en fallait pas plus pour envisager un voyage qui à priori devait se dérouler  de la manière suivante:

Un départ de l’ Estaque ,une étape à Porquerolles suivie d’une traversée avec une arrivée à Carghèse ,une bonne semaine à profiter des mouillages de rêves entre Capo Muro et Bonifaccio, puis une petite traversée vers la Sardaigne ,un séjour dans la presqu’île d’ Asinara et en cas de météo  correcte, une descente jusqu’à Alghero la ville catalane du nord- ouest de la Sardaigne.

img154

 

Un joli programme alternant des navigations de plusieurs heures ,des sauts de puce , des mouillages sauvages, quelques randonnées terrestres , des rencontres ,de la chasse sous-marine bien sûr , et comme dans tout voyage , son lot de découvertes .

La préparation d’un tel voyage est presque devenu une routine depuis la première traversée continent-corse effectuée avec un  semi-rigide en juillet 2004 avec Kevin agé alors de 13 ans .

Chaque année ,cela commence par une révision poussée du moteur , la mise à jour du matériel de sécurité nécessaire en catégorie semi-hauturière et l’ajout de petits « plus » améliorant la navigation et la vie à bord.

Un deuxième GPS très pratique( Garmin 72 ) pour les traversées (il suffit de maintenir verticale  la flèche donnant le bon cap) ,une glacière souple et légère de 26 l pour ramener et conserver les produits frais, un meuble cuisine muni de 2 bouteilles de gaz, un cockpit plus dégagé ( la capacité  de la soute de ce petit bateau est vraiment énorme), des bidons d’eau permettant la douche tiède avec une autonomie de 4 jours ( 150 l ).

Enfin ,une meilleure répartition du chargement ,avec plus de poids vers l’avant devrait permettre un meilleur passage dans  le clapot.

C’est parti ! le 4 août au petit matin , le soleil émerge derrière le cap Lardier ,et un bon créneau météo permet de faire la traversée Bormes les mimosas-Carghèse (120 milles) en 5 h 40 mn avec une vitesse de croisière de 22/23 nœuds.

IMG_3372

Une telle traversée , en solitaire (ma compagne n’est pas encore à la retraite) ,est toujours un moment particulier de l’année :l’immensité de la mer , le peu de bateaux vus, la VHF qui « parle » rarement , accompagnent vos préoccupations techniques et sécuritaires( surveillance du cap ,du niveau d’essence, « lecture » de la mer,…) ainsi qu’existentielles ( pourquoi pas en voilier la prochaine fois? pourquoi c’est encore la Corse, qu’attendre de ce voyage?…)

Cette traversée s’est passée vite ,peut-être parce qu’à la quinzième de ce genre le stress diminue ,ou parce que la petite houle résiduelle de trois quart arrière a favorisé une bonne vitesse de croisière, peut-être aussi que je percevais mieux la chance de pouvoir vivre un tel moment et que je souhaitais que cela dure .

A 30 milles de la Corse,les hauteurs du Capo Rossu commencent à sortir de la brume matinale , et là l’envie est trop forte de retrouver la cala Genovese ,petite calanque abritée derrière le cap.

 

IMG_3621

Cette petite crique est un concentré des beautés marines de la Corse : relief élevé  avec des couleurs dans la palette des rouges , eau d’une transparence inouï , poissons tranquilles ,quand on nage (sans arbalète !),ciel bleu (une évidence!) et quasiment personne.

corse-2015-189

Jeter l’ancre ici après quelques heures  de navigation est une belle récompense et nager dans cette eau fraîche pour la saison avec 21 ° plutôt revigorant !

Petit repas avec des pates au pesto ,tomates fraîches ,fruits, sieste dans la cabine ventilée, rangements, mise en place de l’annexe à l’avant , et je vais retrouver mes copains sars qui me font un petit salut et plongent tranquillement vers les profondeurs…

Pas de réseau dans la crique ,ce qui est très fréquent en Corse mais il suffit de sortir d’une centaine de mètres pour pouvoir communiquer et prendre la météo.

En fin de journée ,je  décide de passer la nuit devant la plage d’Arone pour telephoner en espèrant retrouver le lendemain Yves et Violaine qui ont loué un appart pendant une semaine à Carghèse.

Quatre jours avec des amis , une chasse avec Yves connu en Tunisie il y a plus de 30 ans , les souvenirs de lieux, d’amis comme Armand qui lutte courageusement contre sa maladie, d’anecdotes , des projets en vue , la vie est belle .

Carghèse est toujours aussi accueillante avec Nono et Patricia de la capitainerie , le resto « La Volta  » ,la gentillesse du patron du Spar et les repas pris sur la terrasse de l’appart avec une  vue slendide sur la cala de Pero et la pointe d’ Ormignia seront des moments super agréables.

Départ le 9 août pour dormir aux Sanguinaires et pouvoir

p1080132

récupérer la « travailleuse » qui arrive par le ferry de 7 h à Ajaccio.Lever dans la brume du matin.p1080133

 

 

Le voyage continue vers capo Muro , Porto Pollo , Propriano mais le temps est perturbé. Et là comme souvent en fin soirée ,un vent de terre produit un clapot gênant . Ce sera pendant tout le voyage l’un des soucis permanent que d’ assurer des nuits de qualité , l’amarrage par l’arrière à un rocher étant sans doute la meilleure  solution.

corse-2015-243

C’est l’ avantage d’un petit bateau que de pouvoir s’ancrer à quelques mètres du bord , sans risque pour l’embase et la coque  contrairement aux vedettes ou aux voiliers qui s’agglutinent en fin de soirée.

De plus , la nage vers le bord avec un grand sac étanche permet de randonner (habits, chaussures adaptées,  appareil photo).

Trouver une place dans un port pour une heure ou deux est souvent délicat. Il y a le canal 9 ,bien sûr ,mais des fois rien n’est proposé. Alors il y a la méthode d’un des bouchers de Propriano : (sans l’accent et c’est dommage!) « il faut s’imposer et dire qu’il y a une urgence médicale…qu’est ce qu’ils peuvent vous faire ? »

Savoureux ! comme leur poulet et les petites pommes de terre au jus !

La connaissance de la région est là un « plus » pour se placer au mieux . Le mouillage à l’extérieur de Porto Pollo n’est pas bon avec un conflit entre le vent de terre la nuit et la houle d’ouest. Il vaut mieux traverser le golfe de Valinco et mouiller à Campo Moro .

img_3385

img_3388

Le temps se stabilise et l’on passera les plus beaux moments entre Campo Moro et Roccapina où des mouillages de rêves parmi les blocs de granit érodés dans les tons de gris et de roses sont particulièrement nombreux.

img155

img_3390

img_3399

Nage avec le masque et le tuba pour éviter les quelques méduses présentes , randos vers des tours ,des plages ,le chemin côtier est magnifique entre Campo Moro et Roccapina .

Rando vers Conca ,superbe plage encombrée de bateaux,

img_3434

le chemin est bordé d’immortelles ,comme si cela avait été planté.

img_3427

baignades en route et expositions de pompes venues de la mer.

img_3426-2

La nouveauté de l’année dans cette zone: le phare de Senetosa fait refuge (chambres disponibles,eau fraîche, mais pas de repas), son histoire est magnifiquement racontée par des textes et des photos et de plus

p1080114

tenu par un garçon super sympa et compétent Romain Alfonsi.

p1080124

Pour manger du poisson ,c’est possible à condition de pécher en fin d’après midi au moment où le poisson se rapproche de la cote: beaucoup de sars dont certains se mettent à trou ,des mulets d’eau vive, des barracudas, des rougets et même des soles quand une plage de sable est là.

Nourriture à base de tomates,concombres,fruits,poissons,pates, huile d’olive, on est dans le régime crétois qui fait des centenaires !

Le petit port de Tizzano avec ses capitaines du port très sympas permet de se ravitailler en produits frais mais manger « chez Antoine » sera pour une autre fois, complet un jour avant!

Les journées dans ce paradis passent au rythme que l’on se choisit, autre élément du bonheur. pas d’infos anxiogènes , des lumières

img_3451

des rochers sculptés par le vent

img_3431

img_3464

 

 

img_3577

les discussions avec les quelques personnes rencontrées, le retour à un mode de consommation ancien (on économise l’eau ,on mange des produits locaux et avec les fromages,les légumes et les fruits locaux ,on a été bien lotis) suffisent à se sentir « rénovés » !

Les déplacements d’un mouillage à l’autre se font à quelques milles par heures, à deux pas de la cote et permettent de découvrir toujours quelque chose d’inconnu,une petite crique par exemple avec ses bois flottés,ses sculptures de granit,ses fleurs .

img_3462

img_3450

Arrivée à l’une des zones les plus belles :la plage de  Roccapina avec l’inévitable montée vers la tour qui permet d’apercevoir à gauche l’anse de Roccapina et à

IMG_3473

droite le golfe de Roccapina ,plage immense où de gros yachts mouillent la journée .

IMG_3496

les îlots des Moines devenus une réserve et au large la Sardaigne .

IMG_3498

L’anse de Roccapina est sans doute l’endroit de Corse le plus connu ,pas seulement pour le lion des cartes postales ,mais par son camping sauvage  fréquenté  des années 60 aux années 80. Les quelques familles au début occupaient la petite forêt formée de pins et de genévriers de Phénicie et puis au fil des années l’occupation excessive du site a amené la mairie de Sartène ,puis le Conservatoire du Littoral à préserver ce lieu.

La vue permanente des cotes nord de la Sardaigne (assez rare en été) ,en particulier de la presqu’île de l’Asinara ,la météo bonne pour quelques jours nous incitent à y aller :

img153

 

deux heures suffiront avec un arrêt parmi une grande famille de dauphins qui viendront à l’avant du bateau : pourquoi est-ce si magique la rencontre de nos cousins mammifères?

img_3521

img_3513

la punta Grabara dello scorno ,pointe nord de la presqu’ile se rapproche et là il faut consulter

img_3525

Le  guide Vagnon Corse-Sardaigne qui donne un aperçu du règlement du parc : il est particulièrement restrictif pour les bateaux à moteurs avec seulement deux chenaux permettant de débarquer ; la réservation d’une bouée ( 30 € pour notre bateau) est obligatoire et doit se faire à l’avance. Les gardes sont sympas en général et n’appliquent pas l’amende s’ils vous trouvent amarrés.img_3529

 

Le premier aperçu est particulier ,les paysages sont arides,  les bâtiments administratifs de l’époque mussolinienne austères, des barbelés

img_3541

 

des maisons abandonnées rendent l’ambiance spéciale et pour ajouter une touche encore plus lugubre ,le ciel s’ est chargé de nuages menaçants !

Cette presqu’ile longtemps utilisée comme prison n’est devenue un parc qu’en 2003 et son passé est encore très visible.

img_3542

Tout se passe bien ,l’annexe est mise à l’eau pour se rendre à terre et voir les fameux ânes sardes albinos sauvages  .

img_3538

Une rando permet de s’approprier un peu mieux cette île ,avec une des prisons ,l’ancienne tonnara de la cala Oliva ,les 4×4 qui parcourent l’île avec un guide,des véhicules électriques que l’on peut louer ,mais la comparaison avec la Corse n’est pas à son avantage .

Cela permet d’apprécier encore plus les beautés exceptionnelles de la Corse et  de comprendre pourquoi on y trouve autant de touristes italiens!

img_3534

le seul resto est complet mais après une petite discussion ,on a le droit de s’asseoir et de prendre le menu qui comporte les linguines alle vongole: ouf!

Le lendemain quelques gouttes d’eau et l’obligation de réserver une bouée nous poussent à changer d’endroit et après réflexion ,on décide de faire l’impasse sur l’autre mouillage autorisé celui du passage  dei Fornelli qui n’a qu’une dizaine de bouées .

 

Le  cap est mis sur le port de Stintino, village charmant que des voileux nous avaient recommandés.

Arrivée au moment de la sieste ,pas de réponse de la capitainerie et on s’amarre au quai du poste à essence ,fermé puisque c’est l’heure de la sieste.

img_3549

Le village est assez sympa avec le port qui rentre assez loin en terre et son passé de port de pêche du thon rouge valorisé sur les murs du village

img_3547

img_3546

C’est l’heure de trouver  un resto avec les inévitables pates !et la pizza en plus nous remonte le moral. courses au mini marché pas très loin du port avec des prix bas ,comparés à ceux de la Corse mais il nous faut partir car le pompiste est réveillé et il  ne nous veut pas. Le mois d’août en Italie est connu pour être très saturé.

Le cap est remis sur Roccapina en sachant que le temps va changer et que la mer va se lever .Retour un peu secoué vers notre lieu de rêve.

img_3495

img_3576

Le lendemain matin ,promenade vers les criques situées à l’est : si la piste existe toujours, les chemins d’accès ont disparus sous le maquis corse qui a repris ses droits et ce n’est que par la mer que l’on peut maintenant y accéder.

On décide de commencer notre retour mais en prenant notre temps et nous voici mouillant devant le phare de Senetosa .

img_3586

Monter à la tour prend 20 mn depuis la plage et  une échelle en fer permet d’atteindre son sommet .

p1080131

Au premier étage une cheminée

img_3601

au sommet une vue splendide du cap di Feno proche de Bonifaccio au cap di Muro avant Ajaccio.C’est encore plus beau que les Lavezzi ,les touristes en moins.

img_3593

et là sur le chemin du retour c’est une glissade due aux petits cailloux qui se termine mal: le poignet est cassé mais pas de douleur .

arrivée au phare ,poche de glace fournie par  Romain ,attelle de fortune avec du papier journal, puis je vais chercher le bateau et le rapproche du bord de la plage  afin de récupérer la blessée transportée en quad .

Navigation jusqu’à Ajaccio,prise en charge par les pompiers avec passage à l’hôpital pour réduire la fracture et embarquement sur le dernier ferry du soir avec opération le lendemain à Marseille.

Les vacances se sont transformées d’un coup et je me retrouve à naviguer en solitaire.

Cela va bien quelques jours mais même dans un des décors les plus beaux de Corse, le parc de Scandola, avec du poissons ,des fonds splendides ,la solitude va bien un peu mais pas longtemps.

Une étape à Carghese ,une étape dans la cala Palu au pied des Calanches

img_3603

une journée à coté de Girolata , le plein d’esssence fait à Porto et après consultation de la météo pour les jours suivants ,il n’y a que deux options: soit un départ tôt le matin avec des conditions de navigations « limites » , soit attendre 5 jours que le vent d’est se calme. Ce n’est pas évident de prendre une décision et après une dernière consultation du site LAMMA, ce sera

img_3632

un départ tôt le 24 août au matin vers 4 h 40 pour une traversée acceptable mais mouillée : un vent de nord -est  et une petite houle d’un mètre pendant 3 h rendront le début de la traversée un peu difficile , le bateau passe bien et après 50 milles de navigation ,cela devient correct.

Pas mal de dauphins à 25 milles de l’île du Levant, casse croûte à la presqu’île de Giens (écueil du Nidan) puis ravitaillement à la Ciotat avec une essence à 1.89 € et arrivée en milieu d’après midi à l’Estaque.

Rangements sous une chaleur oubliée après ces 20 jours climatisés par la mer.

Retour à la maison et les  » La Marseillaise » me raconteront les jeux olympiques et les exploits de Teddy Riner et Usain Bolt.

 

 

 

 

 

 

 

Les Cinque Terre ,un paradis en Ligurie

Monterrosso , Vernazza , Corniglia , Manarola et  Rio Maggiore sont les cinq perles du Parc National des cinque terre et Porto Venere ,

IMG_2824

ce charmant village aux portes du Parc vaut aussi la visite , le matin de préférence pour bénéficier de l’éclairage ideal .

IMG_2700 (2)

S’y rendre est très facile , il suffit de prendre le train régional au départ de Levanto à l’ouest du Parc ou de la Spézia , grande ville portuaire située à l’est.

Comme il existe de nombreux camping à quelques minutes de la stazione (gare), le plus pratique est de camper à Levanto (situé à 90 kms au sud de Genova).

Acheter un pass pour deux jours (trains illimité et sentiers payants) pour 23 € permet de conjuguer des randos de 1 h 30 à 5 h suivant les envies et des flâneries dans les villages. On descend par exemple à la gare de Corniglia ( 20 mn en train depuis Levanto) et on est prêt à grimper vers le village : découverte des jardins en « restanque » avec vignes ,oliviers et potagers.

IMG_2705

 

Ruelles étroites ,variété des facades ocres des maisons, bleu de la mer présent , falaises de schistes torturés et surtout une tranquillité ressentie partout où l’on s’arrête. Tout est beau ,tout est bon (gelati, sphagetti alle vongole (palourdes), cappuccino, pizza ,foccacia,…) il n’ y a plus qu’à se laisser vivre.

 

Corniglia vue du sentier se dirigeant vers Vernazza.

IMG_2623

Ruelle de Corniglia

IMG_2604 (2)

Corniglia a par la mer, l’accès le plus malaisé . son nom vient d’une famille romaine les Cornelia qui exploitèrent des vignobles réputés dont le cru Vernaccia donna le nom au village voisin.

 

Mare et Monti

IMG_2606

IMG_2633

Deux heures de marches sur des chemins dallés

IMG_2617

entre les arbousiers,les chênes et les oliviers, dominé par l’église de San Bernardino

IMG_2607

 

Première vue de Vernazza, l’un des plus beaux sites possédant un vrai port . Tous ces villages ont pu résister aux attaques , en particulier à celles des Sarrasins , aidés en cela par la puissante République de Gênes qu’ils ont rejoint au début du vingtième siècle avec la construction du chemin de fer .

IMG_2641

 

 

Chateau dont il reste la tour principale avec une vue panoramique

IMG_2768

IMG_2667

 

IMG_2671

églises au bord de l’eau, barques de pécheurs

IMG_2654

touristes se bronzant

IMG_2694

IMG_2669

dalles de schistes aptes au pic- nic et à la sieste, gelato

IMG_2750

 

cappuccino décoré

IMG_2752 (2)

focaccia et charcuterie locale , la journée est bien remplie et la séance « steps » étant achevée, il est temps de reprendre le train pour Levanto.

IMG_2680

Bonheur du camping ,eau chaude ,accueil sympa,tranquillité et riz aux calmars dans le camping car des Bergé.

Le lendemain,temps toujours splendide et le train nous dépose à Manarola ,où l’on ne peut que se promener ,car les chemins permettant de rallier Riomaggiore ou Corniglia n’ont pas été réparés depuis les terribles inondations de 2011.

IMG_2716

IMG_2713

Particularité de ce village :un cimetière marin

IMG_2736 (2)IMG_2725

Village  agréable où l’on y rencontre des habitants qui vivent sereinement leur vie et  une nana qui ne vous lâche pas la grappe.

Peu de touristes le matin et débarquement sportif de quelques passagers des bateaux de promenade qui font la navette de Monte Rosso à Porto Venere .

 

IMG_2709

Il reste 300 m du chemin de l’ Amore taillé à flan de falaise

IMG_2733

 

Une église caractéristique de la région avec sa rosace.

IMG_2672

IMG_2704

 

 

De uveau le train que l’on laisse à Riomaggiore

IMG_2612 (2)

village tout aussi  splendide isolé lui aussi.

IMG_2683

quelques barques bien rangées en bas de la rue principale,qui recouvre en fait le ruisseau ,si dévastateur par moment.

IMG_2690

Une place dédiée à une fresque représentant les métiers traditionnels de la région avec des visages expressifs ,montrant la dureté des travaux agricoles.

IMG_2696 (2)

 

 

 

 

De nouveau le train pour rejoindre Vernazza

IMG_2771

et faire le sentier jusqu’à Monterosso, sentier de belles marches ,plutôt raides !

Approche lente du dernier village avec un soleil déclinant ,il faut deux heures.

IMG_2789 (2)

IMG_2802

 

IMG_2820Ce illage coupé en deux par une avancée rocheuse est agréable comme petite station balnéaire avec une ambiance sympa ,en cette saison bien sûr.

Sentier avec quelques découvertes :

Un touriste français

P1070499

Un monte charge sur crémaillère permet de faciliter le travail

IMG_2794

une vierge à l’enfant qui protège le marcheur des entorses

 

IMG_2635 (2)

 

 

Une touriste grecque

IMG_2640

le lendemain ,il ne reste plus qu’à se rendre en train à la Spezia en 35 mn puis prendre le bus  via Garibaldi pour arriver à Porto Venere .

IMG_2828

convivialité italienne surtout quand un bus est bien bourré…

Arrivée après une dizaine de kilomètres qui permettent de se rentre compte de l’immensité de ce golfe,d’une présence militaire importante et d’une succession de petites baies avec leurs ports nautiques.

Descente et promenade jusqu’au bout du promontoire où trône la chiesa de San Pietro

IMG_2850

dominée par le castello Doria

IMG_2831

nom d’une grande famille régionale et tout cela protégé par cette femme de pécheur qui reste de bronze devant le passage de milliers de touristes.

IMG_2853

 

Les yeux se portent naturellement vers cette barque chahutée par la houle

IMG_2840

ces goélands qui planent

IMG_2601 (2)

golfe des poètes protégé par les neiges des Apennins

IMG_2842

Repas dans un petit resto de la vieille ville ,située calata Doria, charcuterie fine,gateau génois, cappuccino..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lumières de Carro (commune de Martigues)

IMG_2445Carro ,petit port situé dans la commune de Martigues est le dernier endroit encore authentique de la cote bleue ,avec ses nombreux pêcheurs qui irriguent tous les matins le petit marché aux poissons où l’on trouve de belles soles, des sars, des loups,des colins ,des rascasses et la soupe de petits poissons de roche. Des coquillages aussi avec des huîtres et des moules de Camargue.IMG_0075

L’endroit est connu pour sa grande mise à l’eau,gratuite, un immense parking(gratuit aussi) qui accepte les remorques,mais aussi comme un bon spot pour les planches à voiles et le surf.

Ce territoire géré par une municipalité communiste depuis très longtemps a su rester accessible aux petites gens,contrairement à la plage du Rouet où le prix du parking est élevé.

vue d’avion, Carro est en bas à l’ouest ,protégé par une minuscule digue.

2015-12-01 15.24.23

En regardant vers l’ouest ,on aperçoit les tankers et cargos se dirigeant vers le port de Fos-Lavera et vers l’est sont visibles les premières îles des calanques ,comme Maire et Riou.IMG_0191IMG_0240

IMG_0243Enfin c’est la seule aire pour Camping-cars de la cote méditerranéenne française qui se trouve à 10 m de la mer.

IMG_0078

IMG_2518

Dormir devant la mer est un enchantement pour ses variations de lumières ,les vagues ,surtout l’aube et le crépuscule

IMG_0242

IMG_0143IMG_0145IMG_0237

IMG_0136IMG_0120

 

 

IMG_0237

IMG_2533

IMG_2553IMG_2548

IMG_2516

 

IMG_2466les pêcheurs à la ligne y croit toujours aussi bien sur la jetée ,les pieds dans l’eau , dans le port ou à la traîne.

IMG_2454

IMG_0102les vagues ,les oiseaux font le spectacleIMG_0148IMG_2557IMG_2558

IMG_0228un resto( affichage avec des néons rouges) fréquenté par les gens du village se trouve derrière le bar du port.tarifs modérés et simplicité au menu.
IMG_2532 (2)

Porto et le nord du Portugal en novembre 2015

IMG_1757 (2)Une réputation de belle ville ,d’accueil chaleureux, la bacalhau , le fado , des tarifs low-cost pour un aller- retour à 25 € en avion au départ de Marseille, il ne restait qu’à scruter la météo pour se décider .

Quelques jours avant la date du mercredi 25 novembre ,le temps prévu est soleil- nuages et températures de 6° à 17 °. c’est bon ! on part.

L’arrivée étant tardive,on préfère réserver deux nuits d’hôtels-appartements dans le quartier qui domine le Douro à 10 mn à pied des fameuses caves.

Pas de bagages en soute ,mais beaucoup de temps passé au contrôle de police ,une heure de retard de l’avion ,et déjà une discussion avec l’un des nombreux portugais travaillant en France et qui nous explique pourquoi les avions de la Ryan Air font le plein: les tarifs bas incitent ces travailleurs ou étudiants à rentrer de temps en temps quelques jours pour retrouver leur famille. ce n’est plus l’époque de la transhumance estivale tant attendue par ces immigrés partis en masse à cause du régime du dictateur Salazar (avant 1974)

Ces portugais ont fait des enfants qui en général restent en France mais les « chibanis » reviennent dans leurs villages,planter des choux et encore des choux …

Dans l’avion ,un jeune lorrain nous raconte sa vie de bagagiste dans un grand hôtel de l’Algave,région de plus en plus fréquentée toute l’année.Il gagne peu mais la vie moins chère , l’ambiance( et sa copine sur place) font oublier le pays.

Arrivée vers 23 h à l’aéroport de Porto,neuf ,propre ,un plan de la ville nous est gracieusement offert par une jeune portugaise,  achat de nos deux tickets de métro pour rallier le centre; on déambule avec nos valises à roulettes dans les rues . c’est tranquille et en 25 mn on se retrouve devant la porte de l’appart: un code nous permet de rentrer ,un autre code sert à ouvrir un coffre fort pour récupérer la clé du studio: c’est grand, propre et tout est là pour faire sa tambouille.

Jeudi 26 novembre

Lever vers 9 h,le brouillard est encore présent

IMG_1636 (2)

IMG_1639

 

 

 

IMG_1647

nous voilà à la recherche d’un bar: c’est facile et ils ont tous en commun d’avoir en vitrine ,des pâtisseries à dominante jaune. on s’en gave ! avec café et cappuccino cela fera 6.35 €. incroyable ce prix ,ambiance comprise ( travailleurs ,lycéens,étudiants,chômeurs et télé branchée sur les infos).

Premières photos

Eglise de la place de Bathala,

IMG_1651

les mêmes vieux tram qu’à Lisbonne,celui là vient de Dublin.

IMG_1642 - Copie (1)

place où s’éparpillent pauvreté, drogué(e)s,alcooliques et pigeons.

 

 

IMG_1977

 

 

 

 

IMG_1975 (2)

Le temps annoncé étant au beau fixe,on se dirige vers l’agence pour négocier une nuit supplémentaire. « Oui, c’est possible, mais il faudra changer d’étage », c’est OK et nous pouvons nous laisser transporter jusqu’au Douro en descendant un vieux quartier resté populaire.

IMG_1659 (2)

De nombreux commerces improbables et hélas en voie de disparition subsistent : Brigitte achète une teinture pour ses chaussures en cuir et dans cette échoppe mal éclairée ,des dizaines de tiges avec une tête d’ail sont fixée au plafond.

IMG_1660 (3)

 

Une dame m’adresse un sourire amical

IMG_1664 (2)

 

 

Un monsieur m’aborde dans la rue, un économiste retraité,ayant bien sûr vécu en France  me parle de la vie actuelle des Portugais, dans un français impeccable.

On lève les yeux,on regarde partout

IMG_1668 (2)

IMG_1666 (2)

on s’étonne d’une immense fontaine

IMG_1676

de la mise en valeur d’une ruine

IMG_1670 (3)

c’est bien la découverte de la ville qui a commencé

IMG_1672 (2) - Copie

Dans une petite rue, rencontre une chanteuse de fado tenant un tout petit resto.Isabelle parle français et nous convainc de réserver pour le lendemain soir.

Les ruelles sombres débouchent dans la lumière des quais du Douro où se concentrent les  bars ,les restos,les petits marchands de souvenirs.

IMG_1712 (2)

 

 

IMG_1701 (2)IMG_1682

Les touristes sont là,nous aussi et un muscat pour Brigitte!

IMG_1691 (2)

Les couleurs des maisons,les barques en bois qui transportaient jadis les vins du haut Douro pour terminer leurs vies dans les tonneaux des caves situées en face, la sérénité  du lieu ,on est bien à Porto !

Décor d’azulejos modernes,

IMG_1708 (3)

IMG_1709 (2)pont « Eiffel »

IMG_1702 (2)

 

et l’on se retrouve à longer la partie Gaia où se trouvent la plus part des caves. vendeurs de marrons chauds

IMG_1739 (2)

broderies,bijoux,objets d’art.

IMG_1741

IMG_1729 (2)

 

de quoi encore ralentir notre flânerie.

Les jeunes filles ,pantalons déchirés sous le genou,ne semblent pas souffrir

IMG_1936

IMG_1726

Porto vu à travers les verres de Porto

IMG_1744 (2)

Il est déjà 14 h. Le guide du routard nous annonce qu’à deux pas existe le meilleur resto de morue à prix convenable. Deux couples d’espagnols de Valence et de Minorque encadrent notre table, les échanges commencent en anglo-italo-espagnol. La langue espagnole permet de bien se faire comprendre en Italie et au Portugal, à méditer!
la portion normale suffit largement pour deux personnes! morue sauce à l’armoricaine et palourdes excellentes.

Pour avoir un aperçu de la ville et …digérer ,on se cale dans une barque qui nous mène sous les nombreux ponts et l’on aperçoit au loin l’océan.La ville défile,les  maisons de couleurs ,les églises , les différents ponts ,les lumières, les reflets de cette fin de journée font crépiter l’appareil  photo.

IMG_1765

IMG_1871

IMG_1832 (2)

IMG_1815 (2)

IMG_1794

IMG_1881 (2)Le soleil se couche et l’on a du mal à s’arracher de ce lieu.Retour  vers le studio,une certaine lassitude dans les jambes.Pour Brigitte ce sera la soupe aux choux ,pour moi ce fut l’assoup…issement.

Vendredi 27 novembre
Petit déjeuner ,même bar, on se risque aux autres pâtisseries, c’est bon mais l’on prend conscience de la quantité de sucre avalée. Direction l’office de tourisme situé à coté de la cathédrale (Se) , le brouillard se lève

IMG_2146

IMG_2182

visite du cloître

IMG_2156 (2)

et d’une partie de la cathédrale ,les azulejos sont splendides avec un  thème souvent rencontré, celui de la pêche à la ligne .

IMG_2166

IMG_2162

 

puis direction la gare de Sao Bento,

IMG_1984 (2)

IMG_2036

 

IMG_2003 (2)

 

On se sent bien dans cette grande ville et après les splendides azulejos de la gare,les différents christs en bois de l’église dos Clérigos

IMG_2016 (2)

IMG_2025

et la vue splendide sur Porto du haut de la tour avec la cathédrale

IMG_2030

IMG_2038

repas en bord du jardim da Cordoaria,avec  tranquillité garantie

IMG_2055 (3)

IMG_2059 (2)

IMG_2051

visite de la maison d’une grande famille bourgeoise de Porto (la maison romantique) avec sa salle de bal.

IMG_2071

 

IMG_2064 (2)et nous voilà redescendant vers le Douro

IMG_2063 (3)

IMG_2081 (2)

Un tram, c’est pas simple à conduire,le freinage en particulier!

IMG_2080

 

un taxi nous permet d’arriver à temps pour une visite en français de la cave Calem en compagnie de portugais-français .Dégustations communes et échanges  chaleureux. L’un d’eux nous donne sa carte de visite pour venir camper sur ses terres!

Le vin de Porto,c’est bon,mais le muscat est encore meilleur dixit Brigitte fille de vigneron.Les jambes lourdes ,la tête légère,je remonte par le funiculaire pour chercher les clés de notre nouvelle chambre pendant que Brigitte fait les boutiques et s’installe à une terrasse.La nuit est tombée ,l’ambiance est toujours aussi sereineIMG_2091

En avant pour le resto à fado.

Accueil très sympa,trois couples de français pour deux musiciens et cinq chanteurs et chanteuses de fado, soirée réussie,émouvante ,on en repart avec le CD et les embrassades.

IMG_2127

IMG_2111

Maintenant on peux quitter Porto et voir le nord.

Samedi 28 novembre

On part de la chambre avec nos valises à roulettes et en 20 mn on se retrouve à la station de métro de Bolhao pour arriver 30 mn après à l’aéroport.Brigitte va louer la voiture pendant que je vais imprimer nos cartes d’embarquement pour notre retour dans 3 jours. Une Fiat Punto noire ,toute propre et nous voilà partis pour longer l’Océan à la recherche de la mer et de restos de fruits de mer.
La zone du nord de Porto est assez construite et pas très belle avec des villes balnéaires à l’espagnole.Cela ne donne pas envie de s’arrêter et le guide du Routard nous conseille d’aller jusqu’à Vinao do Castello.

 

IMG_2190

on  s’offre un  resto sur la mer ,intérieur assez chic.

IMG_2191

IMG_2186 (3)

serveurs stylés mais qui se lâchent en fin de service quand les portugais « classes » sont partis.  morue avec  palourdes , crevettes et côtelettes d’agneau.

En fin de journée ,à 17 h le soleil va disparaitre ,on trouve le petit hôtel  2 étoiles en bord d’Océan que l’on cherchait à deux pas de Vinao.

bon air , pécheurs de surf casting ,coucher de soleil ,que demande le peuple?

IMG_2196

un resto simple où l’on mangera des travers de porc avec les inévitables patates et le foot à la télé.En quelques jours de Portugal, j’en ai vu des buts!

Dimanche 29 novembre

Promenade le long de l’océan ,des milliers d’oiseaux se réchauffent au soleil levant.  Direction la vieille ville mais un marché est vite repéré par Brigitte,un marché populaire comme on les aime,avec des produits de jardins de particuliers; on repart avec de quoi pic-niquer :olives , mandarines ,saucisse, pain et un couteau .

IMG_2215

IMG_2204 (2)

IMG_2217 (2)Les carottes portugaises sont poilues !(remarque de Brigitte)                                        Il fait toujours un temps splendide . La partie ancienne de cette petite ville abrite pas mal d’églises et elles sont assez fréquentées, avec une ferveur que l’on a plus dans notre bonne France blanche et catholique !

IMG_2239 (3)

IMG_2233 (3)

des familles avec enfants bien habillés ,quelques motards de passage,des personnes qui discutent à la sortie de la messe

IMG_2249 (3)

des bars et des restos qui se remplissent, des petits magasins que l’on ne trouve plus en France comme ces merceries,ces magasins de jouets ou d’ objets de bondieuserie,ces librairies,ces quincailleries.

IMG_2237 (3)

Comment trouver un resto à la fois populaire et bon? il suffit de demander et deux personnes différentes nous dirigent vers le même: on se retrouve avec des familles de Portugais qui s’offrent le repas du dimanche midi,les femmes d’un certain age avec la veste en laine tricotée-main, les enfants,parents et grand-parents ensemble,la télé bien sûr et la morue et le porc avec  les choux et les patates :délicieux et pas cher.

Direction l’imposante basilique de Santa Luzia qui domine la ville et l’Océan.

IMG_2252

Une tzigane veut nous vendre des porte-bonheur et ce sera  dur qu’elle nous lâche la grappe!

IMG_2254 (2)

Il est temps de se diriger vers notre dernier objectif de voyage en se rapprochant du parc national de Peneda- Gérès à la frontière nord est avec l’Espagne.

En cette fin de journée ,il se passe des choses dans le village d’arcos de Valdevez: où une fête de village s’y déroule avec ses stands de produits locaux : miels, charcuteries,pains ,gâteaux,vins ,son orchestre

IMG_2299

et quelques hommes jouant de la guitare,accordéons et claquettes.

IMG_2286

On en repart à la nuit tombante ,une heure après dans le Parc à deux pas de Linoso ,une casa chez l’habitant nous accueille .La dame ne parle que le Portugais.

On finit la journée dans un resto qui ouvre pour nous avant l’heure; encore un accueil chaleureux ,cette fois ci côtelettes d’agneaux ,patates , haricots verts,vino verde et …foot !

On  laissera un pourboire,  tradition au Portugal,comme à chaque fois.

Retour dans la chambre où le radiateur à bain d’huile a bien réchauffé la pièce.

Lundi 30 novembre

C’est le dernier jour entier de visite et au programme le parc,ses villages,ses forêts.On commence par Linoso et ces innombrables espigueiros,greniers à mais en granit,

IMG_2302

IMG_2307

son château bien conservé , son vieux village.

IMG_2340 (2)

Toujours ce ciel bleu et encore des rencontres,  avec ces habitants qui nous répondent en français.Discussion philosophique avec une dame qui ne va plus à l’église.Des jardins de choux partout

IMG_2334 (2)

des chèvres ,quelques vaches à longues cornesIMG_2363 (2)

 

IMG_2361

des eucalyptus , de très bonnes routes. On trouvera des bolets jaunes dans une forêt de pins, les Portugais ne sont pas,parait- il, des ramasseurs de champignons.

Splendides paysages avec des sommets pelés(l’écobuage est encore très pratiqué) et des chaos de rochers granitiques.

IMG_2369

 

IMG_2380

IMG_2355

petits hameaux  dans la serra Amarella

IMG_2378 (2)

avant d’arriver au barrage. On est à quelques kilomètres de l’Espagne

IMG_2358

Descente vers la station thermale de Gerês mais pas de possibilité de prendre un bain chaud.

Retour vers la vallée et la circulation et on termine au bord de l’Océan à 25 mn de l’aéroport à Povoa de Varzim.

Hotel tenu par un jeune franco-portugais de retour au pays ,une discussion intéressante sur les difficultés matérielles de la vie actuelle,un dernier resto poisson- fruits de mer et foot à la télé .

Mardi 1 décembre

Il fait beau ,encore ! 6 jours de soleil cela parait improbable en cette saison .

On ramène la voiture,on attend sagement l’embarquement .Les neiges des Picos dos Europa de la Cantabrie

2015-12-01 14.24.35

puis Hendaye ,Toulouse,Montpellier, la Camargue , la cote bleue de Carro à Sausset les pins

2015-12-01 15.24.23

 

les îles du Frioul.

2015-12-01 15.26.19

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée en milieu d’après midi avec le même ciel bleu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’automne 2015 en camping car

C’est la saison idéale : peu de monde en bord de mer, forêts aux couleurs chaudes et températures agréables pour randonner, chercher des champignons ou …plonger : la mer est encore à une température qui voisine les 20 °, et les endroits pour camper en « sauvage » sont nombreux.

2015-10-11 08.35.28

2015-10-11 10.38.22

Au programme cette année : la montagne de Lure , les environs de saint-Cirque en montagne (Ardèche), la petite vallée de l’Espezonette ( en Ardèche) ,les environs de Joannas (Ardèche),forêts , rivières et amies.

2015-11-08 12.17.30

2015-11-08 12.06.41

2015-11-08 12.04.07

la Haute Loire et ses paysages de volcans , les monts du Vaucluse avec Viens Rustrel, Gignac, Caseneuve mais aussi la plage de Pampelonne à deux pas du cap Camarat.

2015-11-15 08.13.53

2015-11-07 15.26.10

2015-11-08 11.55.18

2015-11-08 10.17.08 (2)

2015-11-12 14.20.13

2015-11-12 14.02.38

2015-11-12 13.44.58

2015-10-11 13.18.11

2015-11-01 16.21.35

 

2015-11-01 10.03.10 (2)

2015-11-01 16.37.142015-10-31 12.58.23

2015-11-01 10.00.03 (2)2015-10-31 13.17.36

2015-09-26 18.22.38

Les champignons

 

Le cèpe de Bordeaux ,les trompettes de la mort ,les lactaires sanguins (pinins) ,les tricholomes terreum (grisets), les girolles, les mousserons,les pieds de mouton,les chanterelles  ,sont ceux que l’on recherche.

2015-11-15 11.58.56

2015-10-22 10.57.09

2015-09-27 09.44.35

2015-10-22 09.53.10

Le Lubéron vignes,cyprès et oliviers

2015-11-11 10.52.28

 

Les monts du Vaucluse et ses petits villages restés authentiques.

2015-11-11 13.20.30

2015-11-11 16.23.14 (2)

La montagne de Lure, presque aussi haute que le  mont Ventoux, offre des forêts d’automne exceptionnelles qui atteignent presque le sommet.

2015-11-11 13.57.50 (2)

2015-10-11 10.28.14

2015-10-11 10.44.01

2015-10-11 09.36.51

2015-10-11 09.55.55

2015-10-11 09.24.45

 

Camping nautique en Méditerranée: Marseille- Corse – Sardaigne et retour (été 2015)

Eté 2012 : cela fait déjà 3 ans qu’une partie de ce voyage avait été programmé et en partie réalisé. Le prix de l’essence et le temps disponible réduit  nous avaient conduit à rester autour du cap corse.Vacances réussies ,avec une mer exceptionnellement calme ,une nouvelle façon de se déplacer,le « cabotage »,des activités diverses dans le Cap, le plaisir d’ être avec des amis.(voir le reportage dans le numéro 277 de janvier 2013 de Moteur-Boat.)

P1050996

 

Début 2015: La décision de faire une longue navigation vers la mythique île de Stromboli ,est prise  avec un « tour »  d’ environ 3500 kms partant du port de l’Estaque pour rejoindre la Corse ,la Sardaigne, la Tunisie, la Sicile avec la montée du volcan Stromboli, et retour en longeant les cotes italiennes avec Capri , Ponza,Giglio ,Elbe entre autres puis Corse et Marseille.

 

Beau programme, permettant pour moi de revoir des coins sublimes connus il y a maintenant 35 ans, comme l’île de la Galite, les Fratelli en Tunisie, les îles siciliennes de Marétimo ,Levanzo ,Favignana , d’Ustica, Capri,les îles Pontianes ,les îles toscanes et de découvrir les îles éoliennes ,en particulier Vulcano et Stromboli.

img047

La traversée Tunisie – Sicile et son célèbre banc des esquerquis, où la photo d’un chasseur sous marin debout en peine mer, les palmes posées sur un « sec » à 60 cm,me hantait depuis mes 20 ans, devait être un des « must » du voyages !

« devait » ? depuis l’attentat du Bardo en début d’année et récemment depuis la tuerie de Sousse , la question d’y aller ou pas en Tunisie se posait :

Comment se sentir bien dans ce pays que j’ai toujours parcouru avec la certitude que rien ne pouvait m’arriver ,tant l’hospitalité de ses habitants était grande ?

Chaque fois (quasiment chaque année depuis 1979 ) que je me retrouvais à la sortie de l’aéroport de Carthage ,je me sentais comme chez moi.

La décision de ne pas me rendre en Tunisie est prise à moins que, en cours de voyage ,quelque chose me pousse à y aller …

Les préparatifs ont débuté depuis mai avec la révision complète du moteur ( vidanges, filtre à huile, à essence, décanteur,bougies,anodes,trim et même par précaution la vanne thermostat.) et l’inévitable carénage.

Par rapport au voyage fait en Corse en 2012, nous voulons plus de confort, en particulier un WC chimique, une glacière électrique,des moustiquaires,une annexe plus petite et donc plus facile à remonter et qui ne gène pas l’ancrage.

Le radeau de survie est neuf,tout le matériel obligatoire pour du semi-hauturier est à bord avec un plus : une VHF avec l’ASN qui permet ,en s’étant au préalable enregistré avec un numéro MSI,de lancer un appel de détresse et d’être repérer par un bateau proche(environ 10 milles) par sa position GPS puis d’être secouru rapidement.

Notre bateau est petit (6.38 m)et il faut faire rentrer tout dedans ! une petite table en bois qui cache la survie permettra de faire la cuisine . Une question en suspens :prendrons nous le moteur 2.5 cv pour l’annexe?

Un essai la semaine dernière nous a montré que l’annexe est bien..petite et quand l’un rame, l’autre  ne sait pas ou se mettre ! bref le moteur semble la meilleure solution.à voir.Une autre : un sur-matelas pour augmenter le confort du lit?

Dimanche  19 juillet : à 12 jours du départ ,il reste encore quelques petites choses à régler,comme finir l’installation électrique qui permettra de recharger les batteries des téléphones ,ordi, VHF, lampes…et vérifier l’état des 2 batteries à bord qui ont maintenant 3 ans et demi (faut- il installer une troisième batterie de secours?)

Comme on va naviguer en pays étranger,il faut pouvoir afficher le drapeau français et celui du pays hôte :un bricolage est nécessaire.

La carte nautique de la Sardaigne date de 30 ans ! depuis des parcs marins avec des règles strictes de mouillage et de chasse sous marine nécessite  une nouvelle carte.

Une bonne chose de faite : le réservoir de secours avec ses 30 l ne laisse pas échapper de vapeurs d’essence ,donc sécurité et confort olfactifs assurés.

La chaîne de l’ancre  assez rouillée est remplacée.

L’échelle de remontée ,trop courte , est prolongée par une marche en bois . c’est du bricolage mais avec un peu d’habitude ça devrait aller.

lundi 27 juillet :

la glacière est achetée ,une Waeco tropicool 35 l connue pour sa faible conso et  une espérance de froid de l’ordre de 9° ,devrait permettre de garder les légumes,le fromage ,de boire frais,et avec l’achat de surgelés ,de voir venir .

Par précaution une troisième batterie est installée à bord en cas de sur-consommation mettant en cause le démarrage du moteur.

mercredi 29 juillet :

Un grand rangement de la soute permet d’avoir de la place pour ne laisser dans le cockpit que la « cuisine  » et la glacière. Le bateau est lavé.

vendredi 31 juillet

La météo est surveillée toutes les 3 heures et là ça devient clair que samedi matin ,naviguer vers Porquerolles est compromis à cause d’un vent d’est et d’une houles trop forts. Un départ vers 16 h semble plus probable et la traversée de dimanche est elle aussi compromise! lundi 3 août cela semble bon . Bruno et sa famille nous attendent dans un camping au sud de Bastia ainsi que jean-Marc,Sophie ,Etienne et Ulysse qui ,eux ,sont dans leur village de la Castaniccia.

samedi 1 août

le temps est pourri avec averses orageuses et c’est le jour le plus noir sur les routes jusqu’à 18 h .

La voiture est à bloc,avec des tomates pour une semaine et des pommes pour le mois.merci Simon!

Arrivée au port de l’Estaque,chargement,dernières courses et Brigitte propose le resto « les Palmiers » tenu par une tunisienne très sympa: couscous avec une petite table mise dans la rue pour avoir un peu d’air. Retour au bateau et nuit dans le port.

dimanche 2 août

corse 2015 005

On range et on place tout pour un départ vers midi avec un petit vent d’est; il fait beau et nous passons au port de la pointe rouge pour y faire le plein.

On cabote à 7 nœuds ,les Goudes, le cap croisette,les calanques

corse 2015 017

corse 2015 015

 

et on se dit que l’on a de la chance de vivre dans cette région. Pic- nique dans la calanque de Sormiou, ça bouge un peu au mouillage à cause des bateaux qui passent et l’eau est douteuse.(une sortie des eaux usées,traitées  dans un Parc national!)

Cap Canaille et ses symphonies de couleurs sur l’eau et au dessus:

corse 2015 038

corse 2015 028

corse 2015 025

puis on fonce à 22 knts aux Embiez,et après le cap Sicié , la presqu’île de Giens est en vue ; l’on retrouve avec plaisir l’anse du Parfait à Porquerolles: le mouillage est toujours aussi calme

anse du Parfait (Porquerolles)
anse du Parfait (Porquerolles)

 

 

 

L’eau est à 23.7°, pas une méduse, notre nouvelle glacière ronronne et les premières étoiles filantes sont observées.

lundi 3 août

corse 2015 048

Le matin, réveil dans notre premier mouillage « sauvage »

corse 2015 049

les waypoints de Cavalaire et Calvi sont rentrés dans la VHF , on est pas pressé car la traversée n’est que pour le lendemain.baignades ,promenade en annexe pour Brigitte qui trouve une petite calanque pour elle seule

corse 2015 053

 

 

et  pour moi, chasse vers la pointe ouest de Porquerolles : je verrai beaucoup de poissons ,petits, mérous,loups,daurades,sars, corbs et même une badêche !

On part en milieu d’aprem en longeant la cote sud de l’île

corse 2015 054

 

désertée à cause d’un vent d’ ouest ,un dernier bain puis traversée vers Cavalaire : La mer clapote ,avec des creux de 0.8 m ,et là se produit l’incident :le voltmètre m’indique 12.0 v ,alors que  en général c’est autour de 13.3 v , ce qui signifie que l’alternateur ne charge plus les batteries! Stess maxi et direction le port pour regarder le moteur: en enlevant le capot,je vois des traces de sel sur le dessus du bloc et comme le régulateur est juste en dessous, il a du recevoir un peu d’eau et un court circuit a du se produire. je rince à l’eau douce le bloc  et j’asperge de WD 40 le moteur.

La raison de la panne me semble évidente: une des nombreuses vagues prises par l’arrière,lors du ralentissement obligatoire face à des creux de 1.50 m provoqués par les grosses vedettes, a fait rentrer un peu  d’eau par l’aération du capot moteur.

Le plein d’essence est refait ( 75 l environ pour faire l’Estaque- Cavalaire),le régulateur fonctionne de nouveau quelques minutes et nous nous ancrons en « sauvage » à la sortie du port à 100 m de la plage.Cela me rappelle des souvenirs:c’est là qu’en 2004 avec mon petit kevinou ,nous avions fait la première traversée en semi-rigide!

Brigitte me dit d’appeler mon mécano et j’ai la chance d’avoir Patrick au téléphone: les batteries sont à 12.35 v au repos , il me rassure en me disant que quand le moteur fonctionne, l’énergie demandée aux batteries est faible. En lui disant que j’ai une troisième batterie neuve de 100 A/h ,il me dit que je peux faire la traversée mais que je devrai recharger les batteries dans quelques jours.

Le moral n’est pas bon et l’on hésite à traverser mais je me range à l’avis du « pro ». Et quand on cherche des signes du destin,on en trouve: c’est la treizième traversée entre la Corse et le continent!: les douze précédentes n’ont donné lieu à aucun incident.

mardi 4 août

6 heures ,le soleil se lève avec nous

corse 2015 058

nous prenons le temps de bien déjeuner, un dernier coup d’œil à Cavalaire encore endormie

corse 2015 059

et c’est parti pour une traversée de 105 milles.

corse 2015 066

corse 2015 063

Les conditions sont comme prévues( petit clapot et peu de vent).  le voltmètre montre que l’alternateur charge de temps en temps mais il est clair que le moteur pompe aussi la batterie.

corse 2015 064

Pas de baleines et de dauphins vus, les conditions d’observation sont limites avec une surface d’eau clapoteuse.

La Corse apparaît à 50 milles ,spectacle toujours aussi attendu et …rassurant! on ne ratera pas la Corse!corse 2015 067

 

 

On se rapproche et le gps nous annonce un peu moins de 15 milles nautiques.

corse 2015 068

nous mettrons un peu moins de 6 h pour faire la traversée et atteindre la baie de la Revellata où l’on décide de s’arrêter pour manger et se détendre avant d’affronter les tracas du port de Calvi.

corse 2015 069

Et l’on ne sera pas déçus !… l’accueil le plus mauvais de toute la Corse d’après de nombreux plaisanciers rencontrés ( Bonifaccio aussi ,mais  l’on a pas testé).

Nous allons directement nous mettre au quai réservé à la capitainerie , où se trouvent deux jeunes filles à qui j’explique mes problèmes techniques : « je souhaite avoir la possibilité de me mettre à un endroit pour recharger mes batteries ».  » c’est impossible ! il n’y a pas de places ,c’est complet! »  en jouant au malheureux, j’obtiens le privilège d’avoir une feuille polycopiée avec les noms des  » pros  » du port : loueurs, mécaniciens,… mais la plus âgée me dit qu’ils sont difficiles à joindre!(les mécanos,pas les loueurs…)

Je file acheter un chargeur  chez un shipchandler et le patron  à qui je raconte mes déboires m’annonce avec le sourire, qu’avoir une place à Calvi ,c’est facile : il suffit d’aller sur le site de réservation des ports de Corse et en payant à l’avance ,on trouve une place. Il reste donc chaque soir des places non occupées ,suite à des navigateurs n’ayant pu arriver à bon port, mais la capitainerie ne gère pas ces places vides.Je lui réponds que je n’ai pas internet  mais silence….son magasin était vide et il n’a pas cherché à dépanner un client . Ce n’est plus la Corse d’antan  !

Pour le prix payé (119.50 € le chargeur), j’obtiens des « confidences » ! les filles sont des employées municipales ( en défenseur du service public ,je lui rétorque que cela n’empêche pas de faire sérieusement son travail) je dois chercher Georges ou Philippe les deux chefs du port, qui pourraient peut-être faire quelque chose pour moi!

« Aides toi et le ciel t’aideras » me lance t-il, content de sa formule.

retour au bateau, libérant Brigitte qui va faire quelques courses ,en particulier des glaçons pour notre glacière électrique orpheline de courant.

après une heure d’attente ,Georges et Philippe ne sont toujours pas passés: je craque et je dis à Brigitte : « on se tire de ce port de merde ,on prend un peu d’essence ,de l’eau et on chargera à Carghèse » (les batteries sont encore à 12.35 v ).

et quand on demande à un « placeur » de bateaux , où se trouve le ravitaillement en eau ,on s’entend répondre: « ce n’est que le matin »

C’est vraiment le pompon ,ce port !  on tombe dans la délinquance en prenant de l’eau à un ponton!

Nous partons en slalomant entre les bateaux et nous allons décompresser au fond de la baie de la Revellata.

corse 2015 073

Il y a quelques bateaux ,dont un voilier qui avait mouillé dans l’anse du Parfait à Porquerolles ,en même temps que nous: quelques coups de palmes pour aller discuter : il est en partance pour Tahiti !

On passe des coups de fils à nos amis ,bruno ,jean-marc leur expliquant notre situation. Nous ne pourrons pas passer par Bastia ;et aussi à nos parents et au mécanicien rassurant.

La tension descend (pas que dans les batteries) devant le calme et la beauté du mouillage. L’eau est transparente,chaude ,sans méduse et l’on commence à se faire à l’idée que le voyage sera sans doute plus court ,moins lointain mais que la Corse reste exceptionnelle .

mercredi 5 août

img061

Départ de Revellata après un petit déjeuner et la baignade.

corse 2015 075

corse 2015 074

On cabote,en passant devant le cap Cavallo ,et on (re)découvre ces falaises sauvages et sans abri possible, même pour manger à bord .

C’est logiquement que l’on arrive dans la baie de Crovani, protégée par le capo Mursetta et un petit îlot.corse 2015 081

mouillage calme, Brigitte trouve une crique tout en longueur ,avec de l’ombre

corse 2015 085

Chasse autour de  l’îlot (connu en 2005  avec Claude). des mérous, une belle badèche de 4 à 5 kilos  qui va se perdre sur des fonds de 25 m ,des familles de corbs (poisson que l’on ne peut plus chasser).

Les fonds sont splendides mais les poissons sont nerveux: Walou!

J ‘y retourne en soirée, espérant un denti: les plus gros feront dans le kilo mais restent à distance. Le ciel étoilé, non pollué par la lumière d’un village et de la lune tardive nous laissera voir quelques étoiles filantes.

jeudi 6 août

Brigitte se lève avec le soleil ,et la lumière douce du matin l’amène à prendre des photos

corse 2015 105

corse 2015 111

corse 2015 095

Départ pour le petit port de Galéria

img062

corse 2015 112

 

où on se met à un ponton prévu pour les arrêts courts :  à terre  la chaleur nous assaille. Brigitte s’arrête à l’ombre d’une terrasse , lit le journal, prends café et douceurs sucrées pendant que je grimpe au village ramener des glaçons ,des surgelés ,des légumes et des fruits.

On repart ,toujours en cabotant vers le parc de Scandola où un mouillage,de beau temps, connu avec Philippe en 2006 devrait être possible.C’est l’anse ,derrière les écueils de Porri.

En route ,nous ancrons dans l’anse d’Elpa Nera, petit bout de la réserve: les couleurs,dans les rouges,les ocres et les verts sont irréelles.

corse 2015 126

 

et nous sommes seuls !….corse 2015 128

pas pour longtemps ,un yacht de 23 m ancre à 50 m de nous.

corse 2015 124

 

corse 2015 123 (2)

baignade avec des poissons assez tranquilles ,sars ,corbs .Un jeune du yacht se prépare à chasser: je fonce  lui expliquer que c’est une réserve: il ne veut pas me croire mais devant mon insistance ,il s’y résigne ; une minute après les gardes du Parc déboulent : il a eu très chaud et me remercie d’un petit signe quand nous quittons la baie.

corse 2015 127

Repas frugal , puis nous découvrons la baie de Foccolara, tout aussi sauvage

corse 2015 131

où Brigitte trouve son bonheur avec une plage splendide.Enfin une jolie pêche avec un gros sar ,un mulet et un autre sar.

Arrivée vers 20 h derrière les écueils de Porri ,cadre splendide dominé par un nid de balbuzards.corse 2015 125

Repas poissons . Brigitte retire des filets du gros sar que l’on garde pour le lendemain.

vendredi 7 août

mouillage calme ,un bateau de pêcheurs vient nettoyer ses filets

corse 2015 134 (2)

des kayakistes ont passé la nuit sur une plage de galets ,je pars chasser et je retrouve une pierre  où avec Philippe ,on avait observé une belle mostelle que l’on avait laissée: à l’époque attraper du poisson était assez facile.Et là c’est un mérou de 4 kgs qui déboule ! corse 2015 137

Anse de Foccolara, l’eau est d’une limpidité telle que l’on reconnait un poisson qui nage à 20 m de fond! des corbs,des murènes mais pas de gros sars. les temps sont durs en août en Corse.

Brigitte a découvert des grottes qu’elle souhaite que l’on visite ensemble: elle a repérée une entrée étroite et elle voudrait secrètement qu’une grotte Chassillan fasse un jour partie du patrimoine de l ‘humanité!

La grotte se termine par un trou de souris et la fin de l’aventure est un grand plouf au moment de sauter dans l’annexe: retournement total, quelques égratignures ,mais on ne perd rien!

On quitte cet endroit extraordinaire et l’on cabote jusqu’à Girolata.

corse 2015 138

 

On verra beaucoup de nids de balbuzards,ce qui prouve l’intérêt d’une réserve pour assurer la protection des espèces en danger.

Même si cela fait une dizaine de fois que l’on longe le parc de Scandola ,cela reste un émerveillement pour les yeux et beaucoup de travail pour l’appareil photo.

corse 2015 156

corse 2015 150

 

corse 2015 167

corse 2015 166

corse 2015 161

Arrivée vers 19 h 30 , un appel par la VHF canal 9 pour demander une place au ponton et aller au restaurant et là accueil plus que parfait :on nous indique l’endroit où se mettre , le célèbre et impressionnant capitaine Jean-Yves nous accueille avec pédagogie et amabilité: explication du tri sélectif ,du coût pour un endroit isolé(nous garderons à bord notre sac poubelle),remplissage de nos bidons d’eau (50 l pour 5 €) . Le capitaine fidèle à son éthique ne nous donnera pas le nom d’un resto,mais nous assurera qu’aucun n’est à rejeter pour des raisons de qualités ,d’hygiène et de prix. Un couple d’habitués nous indique  » le Bel ombra »  avec une belle terrasse ,dominant l’inoubliable baie de Girolata.

corse 2015 180

 

Retour par nuit noire, vers le mouillage repéré de jour,à deux pas du port. le projecteur s’est montré bien utile .

samedi 8 août

img063

On part du mouillage pour chercher , un joli coin avec plage  et  zone de chasse correcte. petit déjeuner ,baignade et chacun part de son coté .

corse 2015 187

corse 2015 182

corse 2015 183

corse 2015 184

Brigitte devra partager sa  plage avec de sympathiques normands et nous décidons après un repas épinards à la crème de soja /sars frits/pommes ,de traverser le golfe de Porto,en cabotant bien sûr, de dépasser Capo Rossu et de mouiller dans la cala Genovèse.

corse 2015 189

cette petite calanque  permet un mouillage calme ,même avec une houle de 2 m dehors. Nous n’avons pu prendre la météo ,SFR ne passant pas souvent dans ces zones désertes.

Les couleurs restent dans les rouges

corse 2015 191

De beaux sars m’attendaient! ils sont restés tranquilles jusqu’à ce que je me remette à l’eau avec un fusil et là sereinement ,ils s’en sont allés vers des fonds de 25 m !

pas de poisson ce soir!

dimanche 9 août

Réveil tardif avec le bateau qui bouge un peu. En sortant de la cala Genovese, une houle sans vent de 1.50 m à 2 m est présente ,et nous décidons de caboter jusqu’au port de Carghèse pour à la fois se mettre à l’abri,prendre la météo et surtout recharger les batteries. On passe au large de la plage d’Arone,puis la punta d’Orchina, celle d’Omiga enfin la punta u Puntiglione , avant de bifurquer à bâbord pour rentrer dans le golfe de Sagone.

Nous nous installons au bout d’un ponton et je file à la capitainerie pour demander une place: il n’y en a pas mais quand j’explique mes problèmes techniques, Barbara m’envoie rencontrer sur le quai l’un des membres de la capitainerie qui fait son possible et qui trouve une place en deux minutes. Sympa,mécanicien de formation,il viendra prendre des nouvelles des batteries en fin de journée et une discussion  nous apprendra pourquoi autant de femmes corses demandent le divorce…

Le chargeur est installé,chargeur « intelligent » qui teste l’état des batteries et qui affine la recharge : il faudra 5 h pour que chaque batterie soit chargée à 12.7 v corse 2015 195

On respire mieux,un vent d’ouest rafraîchit le port,Brigitte peut prendre un café à une terrasse,nos amis corses sont informés de la suite de notre voyage : il faudra se résoudre à ne pas se voir et nous n’irons pas jusqu’en Sardaigne.

corse 2015 207

Repas à bord et puis un gars s’approche du bateau ,nous regarde avec insistance et nous demande si c’est bien nous qui avions traversés il y a 3 ans et passés trois semaines au cap corse! incroyable ou plutôt improbable que cela se passe.

Laurent nous explique avoir lu et relu le « Moteur-boat » de janvier 2013 qui relatait notre aventure et que cela a déclenché l’achat d’un bateau équivalent et qu’il venait de faire sa première traversée continent-corse avec Véronique !quelle coïncidence ! ils étaient en attente d’un créneau météo favorable pour faire Calvi- Antibes.

Nous décidons de prendre l’apéro le soir ensemble.

On part en fin d’aprem faire les courses à Carghese et comme il fait chaud pour grimper, on fait du stop et la première voiture s’arrête! on avait déjà constater lors de notre séjour au Cap Corse que en général les corses sont sympas.

Courses au SPAR ,qui nous offre la livraison et on redescend en voiture avec un des employés. sans supplément; sympa Carghèse !

L’heure de l’apéro arrive et nous faisons connaissance avec ces Normands qui sont descendus avec voiture et remorque jusqu’à Hyères pour la mise à l’eau.

Echanges à propos des bateaux bien sûr, avec des points de vue différents sur la façon de naviguer des hommes et des femmes, les mouillages sauvages ou au port, la cuisine à bord et les moments forts que chacun vit dans ce type de vacances-aventures.Laurent nous offre les muscats pris au bar et ….on décide de continuer à faire travailler nos gentils serveurs corses en mangeant  au resto.et pour en finir avec le hasard des rencontres,il se trouve que Laurent est originaire du même village Noyers sur Jabron, de la vallée du Jabron (près de Manosque) que moi !

lundi 10 août

La météo n’est pas favorable à la navigation avec des creux importants et même s’il est possible d’avancer vers Propriano,le problème d’un mouillage calme se poserait ,ce qui reviendrait à changer de port!

Nous restons donc une journée de plus et une balade dans la petite ville puis  vers la tour génoise du cap nous fera découvrir de beaux points de vue.

corse 2015 199

corse 2015 194

 

corse 2015 202

corse 2015 201

une librairie,une boulangerie,deux églises catholiques romaines et orthodoxes (Carghèse ville grecque),et la circulation,ça change!

corse 2015 198

corse 2015 204 (2)

 

corse 2015 206

Laurent et Véro nous invite à déguster du cidre fermier de pomme puis de poire gardés précieusement dans le frigo à tiroir. soirée très sympa avec échanges de recettes et une pub pour la Normandie qui ne nous laissent pas indifférents!

Nous nous reverrons en Normandie ,ou à Avignon ou …dans un salon nautique pour rêver à un bateau un peu plus grand!

 

mardi 11 août

img064

Le temps est variable,pas de vent mais un reste de houle de 1.50 m . Un peu d’essence  et nous voilà partis à 7 nœuds pour les îles Sanguinaires. en moins de deux heures nous y sommes. on s’ancre près du ponton. pic-nique sur l’île ,à l’ombre ,puis montée jusqu’au phare . beaux points de vue et deux couples de balbuzards jouent avec le vent.corse 2015 211

 

corse 2015 210

corse 2015 221 (2)

corse 2015 215

 

Retour au bateau et pour une fois ,on prend de la vitesse 4500 tr/mn pour 21 knts avec un bateau lourd (eau et essence pour 4 à 5 jours) ,on contourne le capo di Muro . La houle se fait moins sentir et en longeant la cote, on se place devant la petite plage de la baie d’Orsu (derrière la punta di Pesciu). La cote est sauvage avec quelques habitations .Chasse de fin d’aprem avec quelques très beaux sars vus mais un seul nous nourrira le soir.

mercredi 12 août

img065

Départ de la cala di Muru et on longe cette zone très sauvage par endroit.Brigitte flashe pour la barque d’un pêcheurcorse 2015 227

plage de sable de Cupabia, puis pointe de Porto-Pollo et l’on a envie de revoir l’un des beaux endroits du coin ,le site de Portigliolo dans le golfe de Valinco. C’est là que l’on a campé plusieurs années avec nos ados qui en ont de très bons souvenirs avec des parties de beach -volley mémorables.

L’endroit n’a pas changé depuis 5 ans ,seules les tentes sont prohibées dans les deux campings; c’est désormais le temps des mobil-homes onéreux pour ceux qui les louent mais plus simple à gérer pour les propriétaires.

corse 2015 234

Nous nous offrons « le » resto qui domine cette plage ,et plein de souvenirs reviennent.

corse 2015 240

Brigitte me fait part de son souhait de rentrer plutôt ,en ferry, pour avoir le temps de se retourner avant une nouvelle année. Nous partons pour Propriano chercher les horaires, et faire quelques courses.Les connections passent bien et l’on en profite pour téléphoner et regarder la météo des prochains jours: dans deux jours cela se gâte avec vent et houle d’ouest,conséquence d’une tramontane ou d’un mistral.

img066

En fin d’aprem,nous rejoignons une petite calanque du golfe qui est bien abritée de la houle :Cala Muretta

corse 2015 242

Pour avoir un mouillage parfait, une amarre est tirée à terre. Les couleurs du soir sont sublimes et une promenade à terre grâce à l’annexe nous permet de voir le soleil se coucher .

corse 2015 249

corse 2015 255

corse 2015 257

 

corse 2015 259

 

jeudi 13 août

petit déjeuner mais nous ne traînons pas dans cette crique très appréciée ! la nuit visite d’un bateau promenade avec des projecteurs partout,de la musique et le commentaire rituel : « à droite vous reconnaissez l’éléphant,à gauche une grenouille,.. » et le matin deux petits bateaux viennent s’ancrer à quelques mètres.

Direction Campo-Moro ,puis débute une des plus belles cotes sauvages de Corse jusqu’à Bonifaccio,exceptée la zone de  Tizanno qui  s’est pas mal construite ces dernières années.

img067

Halte le long de la côte de Salina où Brigitte a accès à sa petite plage de sable.

Je suis impatient de retrouver une zone de chasse que je connais par cœur. au bout de 3 heures ,je sors assez déprimé: les beaux poissons ont disparus et un joli sar est devenu difficile à attraper.

ça bouge un peu trop pour faire la cuisine et on se dirige vers Eccica où quelques mouillages tranquilles s’y trouvent: nous voilà dans l’anse de Ferru à 5 m d’une plage de sable . débarquement et promenade

corse 2015-2 002

en attendant que le soleil se couche.

corse 2015-2 001

corse 2015-2 009 corse 2015-2 015

C’est la nuit des météorites et c’est le sommeil qui nous fait rentrer dans la cabine.

vendredi 14 août

On fait un saut de puce pour se retrouver à la pointe de Senetosa parmi ces cailloux érodés en granit gris ,ocre ou crème. petite plage à l’abri ,chasse dans des eaux limpides  ,dans de bonnes conditions de sécurité,les bateaux passant plus au large. Le vent s’est levé en ce début d’aprem et nous rejoignons cala longa ,une calanque toute en longueur qui se termine par une plage de sable .On s’ancre en se rattachant aussi à la terre et le mouillage est parfait …sauf que des guêpes n’arrêtent pas de venir: je pensais avoir bien immergé le sar péché à midi mais il dépassait un peu de l’eau: quelques guêpes n’ont pas vu le lendemain et le soir nous n’étions que 3 bateaux à rester.

samedi 15 août

Des guêpes matinales nous incitent à ne pas traîner et surprise en sortant de la cala ,une houle d’un mètre est présente. Tizzano est à deux pas et nous arrivons vers 9 heures. Le capitaine nous donne une place et bonne surprise,il y a de l’électricité ,contrairement à ce qui était écris dans le » bloc marine 2015″.

corse 2015-2 022

Ce mini port (pas d’essence,pas de WC ,pas de douches) a l’avantage d’avoir une épicerie ,quelques bons restaurants,une belle plage ,celle de l’Avena

Le branchement du chargeur de batteries effectué,nous marchons jusqu’à la plage qui reçoit déjà de belles vagues.

corse 2015-2 019

C’est là que Kevin ,haut de ses deux ans et demi sortait fièrement de la mer avec son masque ,son tuba ,ses palmes et ses deux brassards! On poursuit vers le camping de l’Avena, qui s’est énormément agrandi, avec beaucoup de grandes tentes du type mobil-home.

C’est l’heure de la pizza(congelée), des frites(congelées) et d’une colomba blanche que l’on prend à l’ombre des peupliers.Retour par temps gris au bateau.

Lectures,rangement et batteries de nouveau à bloc.

corse 2015-2 023

dimanche 16 août

On reste au port car la houle est forte à l’extérieur, d’ailleurs ça bouge aussi dans le port.discussion avec l’un des capitaines du port qui est au courant des pratiques de certains « placeurs » de Calvi : « si tu ne fais pas 20 m de long tu ne les intéresses pas ! et l’enveloppe reçue pour placer un yacht varie de 300 à 500 € » ils sont sympas ces riches,finalement!

J’apprends que le camping municipal de Roccapina est laissé à l’abandon pour de sombres histoires de politique locale!Beaucoup de corses rencontrés déplorent l’orientation actuelle de leur pays: pas beaucoup d’avenir pour leurs enfants si ce n’est des boulots saisonniers de loueurs de bateaux,dans la restauration ou les commerces.

On décide de randonner en prenant la piste ,puis le sentier en direction de Campo-Moro; en réalité c’est une piste très fréquentée par les voitures pour se rendre soit dans les villas ,soit à cala Barcaghiu où se trouvent une jolie plage et une paillote. Chaleur et poussière ont failli nous faire renoncer mais à la vue de paillote à 1 km ,la marche s’est accélérée! Le coin est chouette et la paillote bien intégrée. Ce qui est le plus étonnant ,c’est le calme dans cette cala ,alors qu’au large ça bastonne!

 

corse 2015-2 028

corse 2015-2 027

 

 

On n’a plus faim pour  manger (de nouveau) de la poussière et il nous faut trouver une voiture pour nous ramener en stop. ce sont des corso-nîmois qui nous prendront.

lundi 17 août

img068

Le vent est tombé ,j’ai du mal à convaincre Brigitte qu’à Roccapina le mouillage sera bon ,mais en passant la pointe de Tizzano, de jolis creux de 2 m se manifestent de temps à autre.Peu de bateaux sont sur l’eau . Les plages de Tradicettu, d’Argent ,la pointe de Murtoli sont dépassées puis apparaît le fameux domaine de Murtoli, résidence de   luxe où nos « chers » carla et nicolas ont passé leurs vacances cet été (61.700 € les deux semaines ).

Le vert d’un green tranche avec les couleurs du maquis (polémique à propos de l’eau pompée dans l’Ortolo pour entretenir ce golf: les pauvres ont mauvais esprit)) puis enfin l’anse de Roccapina avec la couleur inimitable de son eau turquoise.La houle ne rentre pas, le vent lui un peu et on ancre à 100 m de la plage.

corse 2015-2 030

On attends que le monde parte et en fin d’aprem ,on descend l’annexe . on veut grimper au  Lion ou à la tour mais plein de sentiers ,sans indications,ne nous permettent pas de réussir. on aura quand même un beau point de vue sur la plage et la Sardaigne.

 

corse 2015-2 040 (2)

corse 2015-2 034

 

 

 

 

 

 

 

retour au bateau et le ciel s’embrase.corse 2015-2 044

Cet endroit est le plus au sud de notre voyage. Brigitte va rentrer et je ramènerai seul le bateau à l’Estaque.

mardi 18 août

Un dernier bain dans ce lieu exceptionnel pour moi (les plus belles vacances dans les années 80), l’eau est fraîche et on lève l’ancre.

corse 2015-2 046

On doit rallier Propriano dans l’après-midi pour que Brigitte prenne son billet.

corse 2015-2 063

Le ciel se voile et après deux heures de cabotage ,je demande au port une place pour faire des courses: aucun problème,nous sommes invités à nous mettre devant la Capitainerie. Dernier resto, achat du billet (il restait une seule cabine !),réparation des lunettes écrasées la veille,glaçons,légumes et fruits pour 3 jours, achat d’une douchette (celle d’origine nous avait lâchés)et puis vers 18 h c’est la séparation devant « le Kalliste »

Direction Porto-pollo,un abri calme par vent et houle d’ouest modérés  .corse 2015-2 084

corse 2015-2 088

corse 2015-2 083

une deuxième ancre est mise à l’arrière pour ne pas subir la houle de travers. Tout est bien mais en pleine nuit , le bateau est ballotté: un vent du nord assez fort s’est levé et m’a mis en travers. je me décide à larguer l’ancre arrière que je sécurise en attachant une défense. la nuit sera très agitée . la prochaine fois je m’ancrerai plus près du bord et je tirerai une amarre à terre: on apprends toujours!

Passage du « Kalliste » devant Porto Pollo

corse 2015-3 139

 

mercredi 19 août

corse 2015-3 144

Descente au village avec l’annexe pour envoyer en Colissimo la clé de la Twingo de Brigitte ,oubliée dans le bateau. Le vent est fort ,une bonne houle blanchit les rochers et peu de bateaux sortent : c’est le temps idéal pour aller chasser : je remonte jusqu’à la pointe et je vois beaucoup de poissons,sars,corbs,mérous et le soir poêlée de rougets et de sar.

La nuit ne sera pas terrible avec un vent tournant et une petite houle de travers.

jeudi 20 août

La météo annoncée pour samedi semble se confirmer : houle de 0.5 m maxi et peu de vent. je devrai pouvoir traverser sans problèmes.

Cabotage jusqu’aux Sanguinaires avec des creux de 1 à 2.50 m suivant les endroits; Capo di Muro possède des remontées à 3/4 m de profondeur ,ce qui fait lever la mer. J’ai le temps de signaler un « sec » à un inconscient,en famille, qui filait à vive allure.  Il comprend mes signes au dernier moment .ouf!

Arrivée à l’abri derrière les Sanguinaires mais ça bouge trop pour faire une sieste  j’avale ma boite de sardines et mes deux tomates en 10 mn.

Direction Carghèse et au cap Feno ,je prends vers la droite pour caboter dans le golfe de Lava où je découvre un superbe mouillage dans l’anse de Figuera.

corse 2015-3 145 (2)

paysages superbes,plage de graviers gris,trois voiliers y passeront aussi la nuit.

corse 2015-3 149

dernière chasse en Corse avec très beaux fonds riches en sars ,corbs , mérous,  petits dentis et badèche.

 

corse 2015-3 150 (2)

vendredi 21 août

Petit bain et discussion avec un groupe de kayakistes qui ont passé la nuit sur la plage: des jeunes encadrés par un moniteur de l’UCPA  partis en autonomie pour deux jours seulement.

Départ pour Carghèse ultime étape corse. en effet j’ai renoncé à Calvi qui reçoit si mal et la distance est sensiblement la même pour rallier le Lavandou. Ce seront les commerçants de Carghèse qui profiteront des mes sous!

arrivée vers 10 h et par VHF ,j’ai tout de suite une place au port et coïncidence ,c’est la même que 13 jours avant!Laurent et Vero ne sont plus là!

 

Comme je glande au port ,j’aperçois le N’Zo, fabuleux semi-rigide à cabine de Zodiac,le bateau idéal pour des baroudeurs-randonneurs (75.000 € ça calme!)

je m’approche pour discuter avec le gars ,qui m’invite à monter à bord et même à faire un tour. j’ai pas abusé mais les 5 mn passées à utiliser le 250 cv ( 6 cylindres) et à fendre le clapot resteront magiques! il me demande mes coordonnées car il le vend l’an prochain!

Première batterie en charge puis  le plein (un rapide calcul donne un litre pour 1.2 milles: c’est avantageux de caboter!)

Un des gars du port ,chasseur sous-marin me confirme que le mois d’août est le pire mois pour voir du poisson qui ne remonte que vers la mi-septembre.

La deuxième batterie est mise en charge à 19 h et elle sera à bloc à minuit.

rangements ,vérification des waypoints, contrôle de la météo,eau des réservoirs vidée,équilibrage du bateau en répartissant plus de poids à droite et à l’avant.

Le soir , même resto (celui qui offre la myrte au dessert). trois personnes se mettent à la table à coté, des voileux ,je pense,car vus dans l’aprem sur le quai des voiliers.

J’engage la conversation, ils ont une vedette de 11 m et traversent le lendemain matin, ils sont de Marseille, Alain a été prof à Avignon et ils reviennent de Sardaigne! Echanges sympas ,proposition de faire la traversée ensemble mais les 18 nœuds de croisière de la vedette ne sont pas compatibles avec le cap ferret qui a besoin d’être  au moins à 20 nœuds pour bien naviguer. Visite de nos bateaux respectifs et surprise de nos trois marseillais(e)s devant la vue d’ un si petit bateau .

samedi  22 août

lever à 6 h 30 ,départ à 7 h , avec de bonnes conditions: mer belle avec une légère houle résiduelle ,pas de vent et de la visibilité pour apercevoir dauphins et baleines.Le bateau est bien équilibré et à 4400 trs/mn ,il file à 23 nœuds.

Traversée sans problèmes ,avec 3 baleines et quelques dizaines de dauphins, deux thons en chasse.

Arrivée à la pointe est de  l’île du Levant après 5 h 40 de navigation: coups de fils pour rassurer les proches ,mais pas de possibilité de chasser à la balise :le courant est très fort.je décide de poursuivre jusqu’à l’anse du Parfait à Porquerolles et là déceptions : du monde et des engueulades,une météo annoncée mauvaise avec vent de sud fort et orages.

Comme demain ,c’est les 60 ans de Brigitte,je décide d’écourter le voyage et après un dernier ravitaillement à Carqueranne, je reprends la navigation jusqu’à l’Estaque avec une mer très clapoteuse et assez cassante.

ma conso pour la traversée (Carghèse-Carqueiranne) aura été de 150 l pour 125 milles.

Arrivée au port: ma pendille a disparu (les places vacantes sont louées à des passagers),déchargement d’une grande partie du matériel et …batterie à plat de la Clio qui était restée là 3 semaines.

Brigitte devra venir et avec les pinces crocodiles,tout se terminera bien à minuit à Avignon!

Bilan financier

essence : 1017 €

huit restos: 289 €

épicerie :240 €

ports : 133 €

matériel acheté :167 €

le total est de 1846 € pour deux personnes et 3 semaines de vacances.

Bilan du camping nautique

Ce petit bateau ,à condition de naviguer sur des mers peu agitées (moins de 2 m de creux, peu de vent (force 5 maxi sinon ça mouille), est adaptée à la croisière à deux. faire une traversée de 120 milles avec une bonne météo n’est pas un exploit. son réservoir de 200 l assure une bonne autonomie.

La vie à bord (2 personnes maxi) est agréable moyennant quelques bricolages simples: par exemple, une table avec le réchaud fixé et deux caisses pour les ustensiles de cuisine ,les couverts, les épices nous aura permis de manger dans de bonnes conditions.

La glacière électrique(quand elle a pu marcher !) s’est avérée efficace et quand on ne pouvait la brancher ,l’achat de glaçons permettait de tenir 2 à 3 jours.

Le couchage est très bon ,les rangements sont énormes dans la cabine et dans la soute arrière.

La petite annexe ( 2 m et 20 kgs ) a été suffisante à deux  et son poids plume a permis de la remettre sans difficulté (finalement un petit moteur ne se justifie pas).

Les 70 l d’eau du réservoir d’origine et les 30 l du réservoir de la douchette avec une pompe immergée (au soleil pendant la journée,cela permet de prendre une douche tiède le soir) ont été largement suffisants.

Le wc chimique a été un plus car  utilisable dans la cabine ,si l’on a des voisins.

Le bimini-top a l’énorme avantage de pouvoir rester à demeure ,même en navigation rapide.

Cette année ,on a trouvé un système rapide pour fixer des tissus autour du cockpit en fonction de la position du soleil et donc d’être toujours à l’ombre.

Alors, pourquoi vouloir changer ? L’accès à la cabine,par une porte étroite, n’est pas terrible et il ne faut pas avoir de problèmes de dos ou autres.

Un cockpit plus grand permettrait moins de manipulation au niveau des caisses quand on prépare à manger.

Un bateau plus long et plus large ,permettrait une meilleure navigation et une meilleure stabilité à l’arrêt.et un guindeau électrique ,c’est sympa pour le dos!

La position de conduite est excellente debout ,et assis c’est possible si le clapot n’est pas trop fort.Il doit exister des bateaux très bons dans les 2 situations.

En résumé,pour l’instant ce bateau est largement suffisant pour faire du camping nautique et sa taille permet de mouiller  dans peu d’eau et dans des zones abritées.Son moteur économique est aussi un atout car un 7.50 m et un 200 cv, ça consomme d’avantage (10% à 20 % en plus avec la dernière génération de moteur).

C’est donc possible de se rendre aux Baléares ,en Sardaigne ,mais partir un mois et demi pour réaliser un petit  tour de la Méditerranée  ,cela semble juste; c’est faisable mais bon….

Nous avons tout l’hiver pour trouver(peut-être) cette perle rare ,avec la contrainte de rentrer dans les 2.50 m x 7.55 m de la place de l’ Estaque. et le Cap Ferret 752 dc est le mieux placé. à suivre…

Les Alpes maritimes françaises et italiennes en camping-car ( juin 2015 )

Vendredi 20 juin

Le camping-car est prêt pour une nouvelle aventure avec la découverte des gravures rupêstres de la vallée des Merveilles. Comme c’est plutôt haut perché, nous voulons le faire en deux journées avec une nuit dans un refuge du C.A.F.

Celui de Fontalbane etant fermé , je réserve celui de Valmasque, par internet. Et puis Julien le grand chef de la Cantine ,rue du chapeau rouge ,nous invite à fêter la première bougie de la Scop et nous nous laissons faire: pas de regrets, avec plein de gens sympas et « les valseuses » , une chanteuse accompagnée d’une accordéoniste qui nous ont enchanté par des chansons à texte du grand Boris, entre autres.

Samedi 21 juin

départ 9 h avec une route agréable par sa tranquillité et ses paysages : Avignon – Cadenet – Peyrolles – Jonques – Esparon  où peu après , nous trouvons un splendide site pic – nic pour midi avec un vieux pont et une aire pour y passer la nuit.

2015-06-20 12.48.06 (2)

2015-06-20 12.52.28 (3)

Nous repartons pour Sillans la cascade retrouver « notre » bistrot du village pour y prendre le café.

La mer nous attends pour soigner nos dos et après un arrêt Decathlon à Draguignan pour s’offrir des masques-tubas , nous voilà de retour dans la petite crique d’Antheor :une mer qui bouge un peu ,eau à 23°, un poulpe ,une rascasse et quelques sars nous accompagnent.

2015-05-15 17.56.19

On continue en longeant cette magnifique cote de l’Estérel  et l’on retrouve les maisons et la richesse de la cote d’Azur  à partir de Théoule/ mer. C’est écœurant et l’on ne peut que penser au partage des richesses et aux pauvres immigrants qui se noient en mer.

Nous quittons enfin cette zone pour prendre un peu de hauteur,traversant Grasse, et retrouver les villages proches des gorges du Loup ,en particulier Bar sur loup où l’on déniche un petit camping comme on les aime: étagé ,ombragé, belle vue, accueil sympa et quand on aime ,on ne compte pas : l’on profite des dernières parts de paella du resto du camping et du feu d’artifice.

Dimanche 22 juin

Le matin on continue nos soins en nageant dans la piscine chauffée à 27° et à midi on met le cap vers Saint Paul de Vence , « the » village des artistes, en passant par Tourette sur loup où un camping de nuit est possible près du stade.

2015-06-21 11.26.28 (2)

Brigitte veut retourner à la fondation Maeght et là surprise ,des places pour camping car y sont dédiées .C’est à souligner dans ce département qui n’aime pas les C.C.

2015-06-21 12.19.04 (2)

Le village est toujours beau ,vu de loin et à l’intérieur les battisses, ruelles regorgent d’œuvres d’ art et d’ accents russes,américains ,italiens ,japonais.

2015-06-21 12.34.28

 

2015-06-21 13.44.20

2015-06-21 13.58.30

 

2015-06-21 13.55.03

2015-06-21 13.20.21 (2)

2015-06-21 13.05.27

2015-06-21 12.53.25

Nous repartons pour Nice ,sortie Menton, puis nous grimpons vers Sospel ,un joli village, dont les couleurs sont déjà celles de la Ligurie.

2015-06-21 16.14.49

 

2015-06-21 16.26.39

2015-06-21 16.28.18 (2)

 

2015-06-21 16.21.20

2015-06-21 16.09.32

 

 

 

 

puis une visite de Saorge que l’on ne peut que traverser à pied.

2015-06-21 17.53.10

2015-06-21 18.17.09

 

 

2015-06-21 17.58.29

2015-06-21 17.46.33

Il se fait tard , on espère que Tende fêtera la musique , mais on trouve une ville déserte. Il ne nous reste qu’à grimper jusqu’au petit village de Castérino ,départ de randonnées, puis terminer sur une petite aire située au début du chemin qui nous conduira au refuge de Valmasque.

img046

Lundi 22 juin

C’est parti pour notre première ascension avec un dénivelé de 600 m et la récompense d’un refuge avec repas du soir et petit déjeuner sur place (c’est toujours ça de moins dans le sac à dos).

2015-06-22 09.54.48 (2)

Le trajet en sous bois d’abord se fait sur une piste caillouteuse , puis les prairies le long du torrent, remplies de fleurs diverses nous enchantent.

2015-06-22 12.09.13

On peut apercevoir de belles truites arc- en- ciel qui attendent face au courant un insecte imprudent ou fatigué.

2015-06-22 13.25.29

2015-06-22 09.53.59

 

2015-06-22 08.34.43

 

les insectes sont nombreux,ici pas de pesticides ou d’ insecticides ,et  s’en donnent à cœur- joie !

2015-06-22 09.07.09

2015-06-22 09.06.37

 

 

 

 

 

Le temps  assez couvert  se lève au fur et à mesure de la montée . pic-nique au bord du torrent et les premières montées raides apparaissent. Des marmottes nous accueillent par le cri du guetteur mais se laissent admirées.

2015-06-22 11.21.51

Le refuge est en vue ,dominant le lac vert

2015-06-22 14.18.55

nos 4 heures de montée sont récompensées par une tarte aux  myrtilles « maison » et un café. Tout autour n’est que beauté ,calme,et plaisirs des yeux.

2015-06-22 14.15.17

A 17 h ,on nous attribue nos lits  et je profite de la lumière de fin de journée pour grimper jusqu’au lac noir ,situé au dessus.

2015-06-22 17.00.11

Les bouquetins ne sont pas farouches et même quelques chamois se laissent approcher , même si les groupes préfèrent dominer la situation.

2015-06-22 16.39.50

2015-06-22 16.50.44

Les mélèzes dominent les lacs et les couleurs se modifient en fonction des passages nuageux.

2015-06-22 16.54.38

2015-06-22 17.19.11

on respire bien,quelques névés gardent les empreintes des chamois

2015-06-22 16.44.28

les marmottes se promènent.

2015-06-22 11.59.19

 

 

je revient un peu avant 19 h pour le repas que l’on partage comme dans une cantine; c’est bon et nos voisins sont agréables , l’ambiance est à la rigolade.

La nuit est une nuit de … dortoir , le petit déjeuner est copieux avec des confitures « maison » et le responsable du gite super sympa.

2015-06-23 08.03.36

Mardi 23 juin

Les lumières du matin sont douces

2015-06-23 06.51.19

Le temps est au beau fixe et les fleurs encore plus belles. On dit au revoir aux bouquetins

2015-06-22 14.26.23 (2)

 

et on s’en retourne,avec dans le sac, les casse-croûtes du refuge

2015-06-22 13.25.49

 

2015-06-22 10.47.49-2

 

2015-06-22 10.23.49

2015-06-22 11.07.18

3 h pour redescendre , retrouver notre « camper » et filer vers l’Italie.Nous n’ irons pas voir la vallée des Merveilles ,ne voulant pas y aller en 4×4 .Ce sera pour une autre fois en réservant le refuge de Nice.

2015-06-23 07.44.10 (2)

 

2015-06-23 08.24.52

On passe à l’office de tourisme de Tende prendre des nouvelles de la météo  et repérer les bains d’eau chaude de la région. Très bon accueil ,et la dame nous oriente vers la vallée du Gesso , les termes de Valdieri, le beau temps étant garanti pour au moins deux jours. Col de Tende par le tunnel, puis descente vers Cunéo et l’on se remet à grimper doucement en direction de Valdieri.

La montagne est belle aussi du coté italien, les villages prennent un aspect plus montagnard , et nous nous retrouvons au bout de la route de cette vallée, sur une aire de camping à 10 € la nuit avec sanitaires mais sans douches. Resto le soir cuisine locale et dodo.

Mercredi 24 juin

Le matin nous rechaussons en direction du refuge de Valdieri, ancien pavillon de chasse du roi Emmanuel 2, qui a permis paradoxalement de sauver les derniers bouquetins,…en les chassant! Ses gardes ont permis le maintient de bouquetins dans son domaine de chasse alors que dans toutes les Alpes,cette proie facile disparaissait.

La brume se dissipe rapidement

2015-06-24 14.38.25

et nous longeons le torrent pour déboucher dans une vallée verdoyante.

 

2015-06-24 11.16.45

2015-06-24 11.11.55 (2)

Nous rentrons dans le pavillon ,maintenant transformé en refuge

2015-06-24 13.05.15

et l’on ne peut pas résister à la polenta et aux gnocchis ! tarifs modiques et accueil souriant.

Nous flânons dans la descente et l’on décide de reporter le bain chaud le lendemain matin. Visite de l’hôtel des curistes, lecture,rangement et repas dans le « camper »

Jeudi 25 juin

De 9 h à 11 h nous subissons agréablement les assauts d’une eau à 35 ° dans la piscine du centre thermal de Valdieri. Quand on en ressort ,nos corps ont 20 ans ou presque, mais il n’y a pas que la peau qui est ramollie !

On redescend et là ,comme on le souhaitait,un petit marché local se tient à Valdieri, avec des abricots exquis,de la charcuterie succulente,des petits gâteaux et du pain frais. Il nous tarde de nous arrêter et là ,erreur de choix,on se pose trop prêt de la route assez passante et la  sieste en est gâchée !

Nous filons vers la ville de Vicoforte, près de Mondovi par les petites routes, pour admirer un sanctuaire exceptionnel avec une coupole elliptique ,la plus grande « del mondo ».On veut bien croire nos cousins et on a la chance de tomber dans une période où la visite de parties interdites au public peut se faire, accompagnée d’ une guide italienne parlant français.

Nous programmons la visite pour le lendemain 11 h et nous filons visiter notre première ville italienne Mondovi

2015-06-25 15.48.26

en particulier la « piazza maggiore » en haut de la ville

2015-06-25 16.38.21

2015-06-25 16.45.09

que l’on atteint en funiculaire.

La vieille ville est calme et nous redescendons à pied ,puis nous partons à la recherche du camping « la cascina » à Bastia Mondovi à 15  kms au nord-est.

Le camping est quasi désert et avec les conseils de la dame du camping , nous partons vers 20 h pour manger notre première pizza à Carrù , petit village sur les hauteurs. On peut  manger dehors et pour 6.50 € on a une belle pizza ! les inévitables (quand on est en Italie) spaghettis alle vongole complètent le repas.

Vendredi 26 juin

2015-06-25 14.31.56

Nous arrivons à 11 h pour la visite qui se fait avec  casque et  harnais pour les passages difficiles. L’histoire de ce sanctuaire-basilique est rendue intéressante par notre guide fraîchement sortie de l’école des beaux-arts de Parme .L’origine de ce sanctuaire (Une représentation de la pauvre Marie à l’enfant reçoit par erreur une balle d’un chasseur ,qui se sent obligé de lui dédier un petit monument sanctuaire qui devient célèbre ).Le roi Emmanuel premier décide de faire construire une basilique et y habite pour « montrer » à ses sujets , plutôt rebelles , qui est le chef !de fil en aiguille et de brique en brique cela deviendra la plus grande coupole elliptique du monde ,avec pas mal de problèmes de solidité. Un mélange de connaissances historiques,architecturales,picturales rendra cette visite particulièrement intéressante.

2015-06-26 12.18.31

2015-06-26 12.20.52

 

2015-06-26 12.45.34

2015-06-26 11.57.00

 

Nous quittons Vicoforte ,sans oublier de se délecter  d’une dernière gélato,

2015-06-25 14.36.04 (2)

pour les montagnes du Mercantour, coté italien et franchir le col de la Maddalena qui domine Barcelonnette.

Arrêt- achats dans le Auchan de Cunéo avec café,pâtes,tomates séchées,limoncello,…,puis l’on grimpe lentement par une bonne route. On cherche un joli coin de montagne pour y passer la nuit et l’on est obligé de reprendre sur quelques kilomètres une montée raide pour trouver notre bonheur: une aire de camping au bord du torrent avec un village , Bagni di Vinadio , qui sent bon la vache et un petit hôtel restaurant qui nous régale par son accueil et ses tagliatelles à la sauge, sa minestrone savoureuse et un gâteau aux noisettes entre autres.

Samedi 27 juin

On se lève avec un splendide soleil et Brigitte s’installe au bord du torrent pour finir son roman, pendant que je vais régler le camping.

2015-06-27 08.56.30

Nous repartons et au col de Larche ou de la Maddalena à presque 2000 m ,l’appel des fleurs ,des prairies et des lacs devient fort.

2015-06-27 13.21.38 (2)

2015-06-27 10.06.35

 

C’est reparti vers le petit lac de l’Oronay avec 400 m de dénivelé. Pic-nique en chemin, Brigitte préfère lire devant ce panorama et je grimpe jusqu’au lac .

2015-06-27 12.50.18

La montagne(moyenne ,donc accessible facilement) est vraiment un lieu où l’on se sent bien ,surtout quand il fait très beau !

2015-06-27 14.53.49

2015-06-27 12.27.20

Retour au parking du col , un dernier café italien et nous plongeons vers Barcelonnette . On décide d’avancer , et par Sisteron ,nous abordons la jolie vallée du Jabron ,avec un arrêt dans le village de Noyers sur Jabron qui a barré la rue principale pour un repas en musique le soir .Ce village a été celui de mes grands parents maternels qui avaient un mas « le Chêne Bote » et où ma mère a mangé ses premiers fromage de chèvres. Ma tante Jeannette avait épousé le boulanger qui faisait des fougasses aux olives qui sont restées célèbres.

La boulangère actuelle continue la tradition et en tant que « petit enfant » du pays ,elle nous indique une place de camping 4 kms plus haut au pied des ruines du vieux Noyers avec vue extraordinaire sur la montagne de Lure.

2015-06-28 08.28.37

Repas du soir dehors au coucher de soleil.

2015-06-27 20.18.40

Dimanche 28 juin

C’est notre dernier jour et l’on remonte la vallée du Jabron, en admirant le début de la floraison du lavandin et de la lavande,

2015-06-28 09.51.08

pour aboutir au mini marché de Séderon:

2015-06-28 10.04.18

fromages de chèvres ,charcuterie ,nous voilà parés pour notre dernier pic-nique qui se fera au bord de l’Ouvèze quelques kilomètres avant Buis les Baronnies ;

2015-06-28 11.18.23

On se rafraîchît dans une eau idéale ,avec en arrière plan le sommet du Ventoux et à 16 h nous retrouvons la maison et nos plantes assoiffées . La canicule est annoncée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Week-end du 1er mai : Marseille l ‘ Estaque et la cote bleue

20 ans que Beber fait des films et pour l’occasion , pour fêter les succès de sa maison de production Saint-Thomas , il avait mis les petits plats dans les grands, en réservant la salle du club de l’ Union Nautique de Marseille vendredi soir 1 mai.

2015-05-01 18.30.12   vues du vieux port , du fort Saint- André et du MUCEM2015-05-01 18.29.19 (2)

2015-05-01 22.47.14

20 comme 20 cubain(e)s en folie musicale , 20 comme  20 vins , 20 comme  20/20 aux délicieuses préparations culinaires.

Passage obligé au micro des ses potes , pour raconter les moments forts du tournage de ses films, et c’était à celui qui raconterait la plus grande « cata ». Tout le monde a gagné à ce jeu  !

Nous finissons la soirée dans notre petit bateau amarré à l ‘Estaque et l’on retrouve sa couchette bien confortable. Réveillés par le soleil et les gabians , un détour à la bonne boulangerie de l ‘ Estaque , quelques douceurs , tout cela  se traduit sur le visage de mon moussaillon.2015-05-02 10.24.54-1

Sortie en bateau le long de la cote bleue , avec un vent d’ouest de face puis l’on décide de prendre la navette maritime ( 5 €  le voyage) , entre l’Estaque et le vieux-port ( appelé depuis peu par les marseillais charriant le touriste ,le DSK ).2015-05-02 16.58.54

Un toit spécial au débarcadère avec des selfies inouïs  .2015-05-02 14.06.10 (2)

2015-05-02 14.06.58

 

 

Marseille se 2015-05-02 14.07.55transforme. Balade jusqu’au Mucem et visite de l’expo du moment les lieux saints partagés.

 

2015-05-02 17.09.26 (2)

L’architecture extérieure et intérieure intrigue et plait en général.

2015-05-02 17.10.43 (2)

2015-05-02 15.50.32 (2)2015-05-02 14.49.22

2015-05-02 14.39.35 (2)
Une guide explique comment le même lieu , le même saint , peuvent être vénérés par des personnes de religions différentes , que le  « service rendu » ,c’est à dire que la supposée efficacité (résultats), est plus important que la couleur de la croyance et que les politiques  se sont toujours servis des religions pour leurs intérêts.2015-05-02 16.42.54

Une expo vraiment à voir et à faire voir .L’esplanade est vraiment devenue la propriété des marseillais petits ou grands ,en famille ou en couple ,pêcheurs à la ligne, pétanqueurs, promeneurs.

2015-05-02 16.47.43

2015-05-02 16.43.43

2015-05-02 16.47.25

2015-05-02 16.42.04

2015-05-02 17.28.29 (2)

2015-05-02 17.25.30

Retour par la dernière navette de 19 h 30 , repas tunisien avec une vraie tunisienne aux commandes de son petit resto  » la palmeraie » dans une petite rue de l’ Estaque et de nouveau dodo dans notre 6 mètres carrés avec vue sur mer.

Le lendemain ,c’est dimanche et on se lance un défi : rallier à partir de la plage du Rouet à Carry , le petit port d’ Ensuès la Redonne en prenant le chemin de randonnée du bord de mer : mais ça monte , c’est rarement au bord de l’eau , faute aux villas, et c’est péniblement que l’on arrive au port.

2015-05-03 14.59.11

 

2015-05-03 13.55.53Un café et ça repart en …stop . Un infirmier de l’ Estaque ,qui connait bien sûr Guediguian, nous ramènera à la voiture. Sympa cette région !

vue de la madrague de Gignac :

2015-05-03 14.16.22

 

 

 

 

 

Week-end du 8 mai dans les environs de Saint – Tropez

Il y a longtemps que je voulais amener Brigitte dans cette région, en hors saison bien sûr, car les caps Camarat , Taillat et Lardier sont restés sauvages , ce qui devient rare ,dans cette zone où les villas prolifèrent.

Une aire aménagée à 300 m de la plage de Pampelone , au début du sentier de randonnée du cap Camarat , repérée pendant les vacances de la Toussaint en novembre dernier ,a beaucoup d’avantages : la zone est calme car la route qui y conduit est sans issue et le cadre vaste ,entouré de cannes de Provence, offre quelques services pour 8.20 € : eau de 8 h à 17 h ,wc, douches froides .

Notre arrivée ,jeudi 7 mai , vers 19 h ,a été aussi une douche froide , car 60 camping-cars occupaient l’aire et Brigitte  ,visiblement énervée , s’est ressaisie après un tour sur la plage , un poulet basquaise  mijoté (à Avignon) ,une température douce et un ciel étoilé.

Le lendemain matin vendredi 8 mai , réveillés par l’employée municipale qui venait encaisser les 8.20 € dus , du pain frais et les croissants amenés par un boulanger , le  beau temps et la perspective d’une superbe balade au cap Camarat ont fini de ramener l’espoir .

la baie de Pampelone vue du cap Camarat
la baie de Pampelone vue du cap Camarat

C’est parti , pic-nic dans le sac, mais le chemin s’est avéré assez difficile avec des cailloux, des montées – descentes fréquentes.

2015-05-08 10.51.13

Heureusement que la diversité des fleurs et la mer d’azur ,

2015-05-08 11.02.18

 

le peu de monde et la durée ( 1 h 15 mn en marchant tranquillement ) nous ont fait oublier (ou à peu près) nos hanches et genoux.

2015-05-08 14.23.20

L’îlot au bout du cap invite à plonger mais c’est loin de la plage  (1 h 30 à la palme) et ce sera une autre fois.

2015-05-08 11.29.40

On ne trouve pas l’ombre attendue mais un bain rapide dans une eau à 19° remet le corps en forme surtout s’il a été nourri aux sardines en boite !

Retour par le même chemin et …la vue permanente de la couleur de la mer me donne des ailes et

2015-05-08 13.53.58 (2)

entraîne automatiquement un habillage en tenue de plongée au camping!

Je recherche des traces de soles mais rien et assez loin du bord ,les posidonies et petits rochers apparaissent. un banc d’une cinquantaine de petites daurades affolées,quelques petits sars mais pas un poisson qui fait la maille.L’eau vraiment limpide permet de déceler la présence du moindre indice de vie et c’est une vision exceptionnelle qui me saute aux yeux : un joli homard se promène le long d’un tombant! facile à attraper,délicieux à manger  ,il a beaucoup de qualités à part sa rareté et ses pinces coupantes. C’est la gloire dans le camping quand je passe à travers les camping-cars et les propositions d’apéros fusent…

2015-05-08 19.04.38 (2)

Le lendemain samedi 9 mai , les vélos sont mis à terre avec un objectif ambitieux pour nos mollets : 14% sur la carte entre notre aire et la plage de l’Estalet ,située avant le cap Taillat . Cette plage est le départ d’une rando superbe et comme les fleurs sont en beauté cette année, cela s’annonce radieux.

Arrêt au petit supermarché pour faire nos provisions et c’est partie pour une montée régulière ,le col est atteint et la descente nous amène au bord de la plage.

On repère au passage une zone non interdite aux camping-cars de 8 h à 19 h et nous longeons la mer : splendide,beau temps et déjà on cherche de l’ombre : Brigitte trouvera une mini-crique pour 2 avec le sable et l’ombre mais aussi …les méduses :pas possible de se baigner ,tout juste se tremper pour la fraîcheur.

La balade reprend et tout le long , ce sera un enchantement.

2015-05-09 12.57.07 (2)

 

 

 

2015-05-09 13.00.18 (2)2015-05-09 13.00.282015-05-09 14.24.042015-05-09 13.30.08 (2)2015-05-09 13.11.15 Retour avec une halte menthe à l’eau en bas de la cote et c’est parti pour les premiers lacets à 14 % ,on mouille le maillot et au col ,on retrouve le plaisir de rouler vite . Le camping car est étonnamment frais et je n’y tiens plus : je repars à l’aventure en …palmes avec le secret espoir de chasser au bout du cap Camarat.

L’eau est limpide mais d’énormes méduses à filaments de plus de 3 m invitent à la prudence et je renonce à 200 m du cap. Et sur les mêmes fonds de la veille ,je verrais cette fois 4  poissons corrects dont 3 seront pris( à la coulée ou à l’indienne) dont une daurade .

Le retour est encore plus triomphal et qu’est ce que l’on pourrait se faire comme amis !!

Le homard est cuit dans notre plus grande casserole et un coup de fil à Denise permet d’avoir la cuisson parfaite. un filet d’huile d’olive et du citron ,ce soir nous sommes des riches !et cette soirée ,Brigitte en pinçait plus pour moi que d’habitude.( j’ai bien le droit de la charif un peu pour un omar)

Dimanche 10 mai ,date historique 1981, sur la place Bourguiba avec une rose ,à rigoler de voir enfin la droite faire ses valises, ç’a commence à faire pas mal de temps à se faire…avoir par les socialos et on roule sur les petites routes du Var pour éviter les bouchons de ce week-end.

Mais avant un passage à Gassin , joli village qui domine le golfe

2015-05-10 10.19.01

 

avec un jardin botanique que l’on ne pourra visiter.

2015-05-10 10.07.10

puis visite à un vide grenier où Brigitte trouvera la couverture faite main de ses rêves, et elle gagnera en plus un ensemble coloré pour l’été.

On passera dire bonjour à jean-luc ,marie- france et sylvain à Mirabeau et le camping -car nous ramenera en douceur en Avignon : 7.0 l aux cent ,record battu!